2000 kilomètres

2000 !

On ne va pas refaire le coup des Mille Bornes, d’ailleurs on doit avoir la carte Increvable puisqu’aucune crevaison n’est à déplorer depuis le cinquième jour du périple (il suffit de dire ça pour que le besoin pressant de rustines se fasse sentir, mais espérons que non).

image

« Qui a l’habitude de voyager sait qu’il arrive toujours un moment où il faut partir ».
Paolo Coelho

Tout d’abord, quelques mots sur l’image ‘à la une’, celle qui illustre chacun de nos articles en haut de page ; habituellement (car on prend des habitudes, même si on essaie de ne pas trop en avoir), nous choisissons parmi les photos prises les jours précédents. Mais là, pour les 2000 km, il fallait quelque chose de spécial, alors on s’est décarcassés, on a imaginé plusieurs scénarios et ce sont finalement les fleurs qui ont emporté le vote unanime du jury.

Passons maintenant aux choses sérieuses.

Du côté mécanique, quelques petits soucis : L’amortisseur du vélo d’Irène qui s’affaisse soudainement (tant que ce n’est pas Irène qui s’affaisse…), il a fallu trouver un réparateur 40 km plus loin pour qu’il regonfle la chose, le garde boue arrière qui a été mal monté et frotte sur le pneu, le dérailleur du vélo de Joël qui rechigne à passer sur les petits pignons (ce n’est pas gênant en montée mais frustrant en descente), le joint torique de la roulette de chaine qui est encore parti en morceaux (Pas au point, ce truc là, Azub, corrigez ça! ), des vis qui se dévissent mais ce n’est pas surprenant avec cette manie qu’ont les allemands de paver leurs rues.

image

Du côté informatique, des contrariétés aussi puisque le jour où j’avais prévu de faire les sauvegardes, sorti les clés USB et les câbles qui vont bien, voilà que la tablette décrète unilatéralement et sans préavis que sa carte mémoire est HS. Et il y a quoi, sur ladite et maudite carte ? Toutes les photos et vidéos depuis le début ! Moment de panique, cogitations intenses et effrénées, et après moult manips il s’avère que la casse est limitée : entre la sauvegarde précédente, ce qui est dans l’appareil photos, ce qui est sauvé en ligne, il ne manque que quelques jours. Et, en rentrant à la maison, il restera l’espoir de récupérer le contenu de la carte soit disant HS. Décidément, pas moyen de s’en sortir des dépannages informatiques.

image

Par contre, pour les deux cyclistes ça va bien, rien ne s’affaisse ni ne déraille, bien au contraire, et on se fait même une agréable sauvegarde régénérante en prenant du repos dans un bon hôtel (cf. Article Allemagne n° 2).
Comme prévu et espéré, nous avons perdu du poids, ainsi qu’en témoignent les vêtements (on en a tellement peu (des vêtements, pas des kilos) qu’on met toujours les mêmes, alors on se rend bien compte de l’évolution) et même nos pieds ont rétrécit, cendrillon nous voilà ! On nage dans nos sandales, nous sommes obligés de les serrer un peu plus pour ne pas les perdre.
Les cuisses et les mollets ne sont pas en reste, tout ça s’est affiné allègrement, vous verriez comment on est fiers quand on passe devant une vitrine, on se regarde sous toutes les coutures et on se demande combien de kilos de sueur (et de gras) nous avons laissé entre la Roumanie et l’Allemagne !!!
Vous êtes combien à imaginer que nous devenons narcissiques ?
Allez, avouez…
Plus que quelques milliers de kilomètres et on aura une silhouette de mannequins, mais on apprécie déjà d’avoir moins de kilos à trimballer.

Comme à l’accoutumée, nous progressons selon un programme savamment établi nos envies et fantaisies, ce qui fait qu’on serait bien incapables de dire à quelle date nous arriverons à tel endroit.
Pourtant c’est à Bâle que nous prendrons la décision de la suite de l’itinéraire en fonction de l’avancement des deux roues !
Nous avions rendez vous avec Marie et Lucas à Genève ou à Clermont Ferrand, mais compte tenu des délais, nous n’irons pas les voir et le regrettons, il nous faudrait au moins 2 semaines supplémentaires.
Par contre nous avons un autre rendez vous avec Edith et Michel le 2 septembre à la Charité sur Loire pour faire un bout de route ensemble ; là encore nous ne pouvons pas promettre d’être dans les temps, il paraît que les chutes de Rhein sont ardues …

image

C’est la ville de Sigmaringen qui nous a reçu pour nos 2000 kilomètres. Nous étions en train d’immortaliser le compteur quand 2 trickes sont arrivés avec un couple et leur 2 chiens aidants, la jeune femme ayant une prothèse de jambe. Pendant notre discussion, une autre famille parisienne de 5 personnes est arrivée avec 1 vélo droit, 1 tandem, 1 Grasshoper et 1 HP Streetmachine (pour les non initiés, les deux derniers sont des vélos couchés), et nous voilà en train de bavasser et échanger sur nos expériences communes de pédalages sur nos engins peu conventionnels.

image

Bilan au bout de ces 2000 ?
Du plaisir, une envie d’aller jusqu’au bout, la satisfaction, mais ausi la chance d’avoir la pêche et la santé pour le faire, la joie de se lever le matin en se demandant sous quels genres d’imprévus, de rencontres, de villes nous allons tomber sous le charme. Jusqu’ici nous n’avons pas connu le doute.

BONUS :
A titre exceptionnel , et juste parce que c’est vous, voici les images ‘à la une’ auxquelles vous avez échappé.

image

image

image

image

image

Ouf !

BONUS N° 2 :
Ceci intéressera sans nul doute possible tous les cyclo voyageurs, confrontés aux basses nécessités matérielles, parmi lesquelles un sujet essentiel entre tous, la lessive. La solution classique consiste à se précipiter chaque soir sur le point d’eau le plus proche, que ce soit un fleuve (le Danube, pour prendre un exemple au hasard), une rivière, un ruisseau, voire même une mare d’eau croupie ou une flaque boueuse, l’essentiel étant que ca mouille. On patouille le linge avec de la lessive ou ce qu’on a sous la main, on rince tant bien que mal, et voilà.
Mais il y a beaucoup plus simple et efficace, il suffit de :
? Mettre tout le linge sale dans une sacoche (Moyennant peu d’efforts c’est faisable, puisqu’on a peu de linge et que tout est vite sale).
? Saupoudrer de lessive
? Remplir la sacoche d’eau, 20 litres suffisent
? Rouler toute la journée, de préférence sur des chemins bien tortueux (à défaut, en ville, ne pas hésiter à franchir de nombreuses bordures de trottoir)
Et voilà, le tour est joué, le soir le linge est propre. On peut récupérer l’eau pour la toilette, la cuisson des pâtes ou tout autre usage. Reste le problème du rinçage, mais c’est tout aussi simple, répéter les étapes ci dessus en omettant la lessive. Deux rinçages sont conseillés.
En seulement trois jours et en ayant trimballé une petite vingtaine de kilos, vous avez un linge impeccable. On dit merci aux cyclomigrateurs !

PS : Comment ça, le linge est mouillé ? Vous ne voulez pas qu’on vous le repasse, en plus ? Vous le mettez au sèche linge, c’est pourtant simple.

Enfin, message perso pour Colette : Non,nous ne sommes pas des cyclomoteurs !!!

20 Commentaires judicieux

  1. Epatant les 2000 km avec vos deux corps. On se croirait à l’émission d’Arthur. Bravo!
    Et la nouvelle manière de faire la lessive super .
    Bises Paulette.

  2. Coucou! Super vous n’êtes plus très loin du but ! Donc chose sérieuse : Mme Irène vous êtes excusée pour la réunion Albatros du 5 septembre 2013 , celle du 10 aussi …. ensuite assemblée générale extraordinaire le 1er octobre 2013 et là on n’excuse plus !!! Lol
    Supe r que tout se passe bien et en plus vous allez être en grande forme! Bonne continuation et à très très bientôt! Bisou à vous deux

  3. Bonjour chers amis cyclopédaleurs,

    Content de vous retrouver, toujours en forme et plein d’humour.Bravo pour vos exploits kilo (métriques + grammes) !

    Une mention toute particulière pour votre blog, régulier, riche et dynamique, qui doit vous prendre lui aussi beaucoup d’énergie… autant que le vélo ?

    Amitiés

  4. bonjour vs 2
    venant de moi, vous le savez, n’attendez pas de ma part autant de « pommade » qui vs est distribuée et qui doit vs faire gonfler les chevilles, pommade pouvant avoir un effet calmant prononcé sur vos têtes et jambes, ce n’est pas le moment car je dis « 2000 km SEULEMENT » !!! (c’est pr vs faire réagir jusqu’au bout). J’ai hâte de voir vos tailles de guêpe et frelon. Attention, pas trop, il faut revenir en forme bien sûr , avec 10ans de moins (si c’est possible…!!) – C’est bien trouvé la sacoche remplie d’eau pour « laissé vivre » hi hi -(tiré par les cheveux).
    Merci pour le CR , chapeau , ce n’est pas encore la maladie d’ AlZA…..
    Bises affect.
    LM

  5. 2000km, vous approchez de la plus belle région du monde (la mienne), tata Geneviève pourra vous héberger, elle est a 50 km de bourg en bresse (prononcez bourQ en bresse!!!). bon courage pour les 2000km suivants…..

  6. Bonjour les amis,

    Pour récupérer un peu de pointure dans vos chaussures, vous pouvez utiliser les hormones de croissance. Elles vous permettraient de pédaler plus facilement. Et on vous le promet, il n’y aura pas de contrôles à l’arrivée. Cela restera entre nous.

    Bisous

  7. Bravo pour les 2000kms! On perd tant de poids que ça à faire du vélo? Il va falloir que je pense à grossir! Ici, c’est pas les vélos qui débloquent mais les pompes à eau… mais pas de soucis, on trouve toujours une solution!

  8. quelle santé..!
    comme tout le monde nous vous suivons; c’est merveilleux! c’est trop fort! notre tro.breiz c’est rien!
    Pour vous remettre de tout cela,j’ai une nouvelle recette de confiture de pomme de terre,bizarre,si,si! cela existe!
    comme tous vos amis nous pensons fort a vous!
    bisous,bisettes vive la retraite! 1-9-2013

    Béné & Gildas

  9. Comment ça….. ils sont allongés toute la journée…. les veinards tout le monde ne peux pas en faire autant !!! Je vois ils hésitent à rentrer rapidement, ils se doutent que la belle vie va bientôt finir …
    Michel

  10. Bravo pour les 2000 kms, belle performance !
    Pour les kilos superflus, je ne vois pas de quoi vous parlez car vous étiez déjà superbes avant de partir ; vous aurez bientôt des jambes d’acier ce qui vous sera bien utile pour le grand périple !
    Nous sommes rentrés de notre voyage en camping car et nous avons bien découvert les Pyrénées avec une petite folie pour moi et Dorian, la montée du Tourmalet en vélo !
    Bon courage pour votre retour en France et à très bientôt car vous devez avoir plein de choses à nous faire partager.
    Gros bisous.
    Phil, le cousin de la pointe bretonne

    • Nous enfourchons nos vélos demain matin et serons à la Charité sur Loire demain midi.
      Qui sait qui sera au rendez vous?
      Bises et à trés bientôt .

    • déjà à la Charité !!!! vous mettez les bouchées doubles … à quelles date et heure faut-il que je prépare les verres pour les bulles ?
      bises à vous.

  11. Bonjour à vous deux, nous suivons votre périple par épisodes. Quelques absences pour les congés nous ont fait rater une partie du « direct ». Vous nous épatâtes. Si! Si!
    Nous vous attendons pour « Mise en selle ».
    Grosses bises de nous deux.

  12. C’est toujours aussi passionnant de vous lire……Mais si je pense bien la lecture va bientôt s’arrêter…. mince alors! Vivement l’année prochaine….
    Merci encore, vous m’avez fait passer de très bons moments….comme vous d’ailleurs si j’ai bien tout compris!!! Et BRAVO vraiment…..
    Merci Irène pour le petit mot.

    Bises et à bientôt donc?

    Michelle

Laissez nous un commentaire (on aime bien !)