Auf widersehen l’Autriche

Pub pour le vélo en Autriche, traces des crues, barbe et tifs, mini croisières, trois tours et puis s’en vont.

 

« Voyager, c’est être infidèle. Soyez-le sans remords; oubliez vos amis avec des inconnus. »(Paul Morand)

image


Pour ceux qui ne font pas de vélo (quel dommage), cela n’a guère d’intérêt, mais sachez toutefois que c’est presque un péché de visiter l’Autriche en tout cas cette jolie Bavière autrement… Les week ends et jours fériés, on a l’impression que tout le monde est sur deux roues, depuis les tout petits (en chariotte ou en vélo tracté par un parent) jusqu’aux plus âgés. On croise de nombreux petits groupes qui ont loué des vélos, ça pédale dans tous les sens, ça fait du roller. Il faut dire que tout s’y prête, aussi bien la qualité des infrastructures, les zimmer (chambres) à louer partout, les campings, que la platitude des rives du Danube, ainsi que la beauté des villages et paysages. [Fin de la pub.]

image

On ne vous a pas parlé des énormes tas de fagots que l’on trouve régulièrement sur les rives les plus basses du Danube, en fait ce sont des amoncellements de troncs d’arbres et de branchages qui sont toutefois très bien rangés, sans gêne aucune pour le cycliste ; au nombre et à la hauteur de ces tas de bois, on imagine avec effroi l’amplitude des dégâts occasionnés par les crues du début juin dernier.

image

Certaines pistes sont fermées et nous occasionnent de temps en temps des contournements, d’autres ont été réouvertes à grand coup de « chasse neige » quand on voit les tas des sable gris poussé de chaque côté et dans les jardins. Les travaux de la DDE locale ont été rapides et efficaces, même sil reste encore de nombreux points à remettre en état, on se rend compte qu’il n’y a pas que des avantages à vivre près d’un si grand fleuve.
En tout cas on ne n’en voit que les bons côtés et en plus à la belle saison. Nicole ne regarde pas cette photo !

image

En traversant la région de Wachau nous avons pédalé entre vignes et vergers de fruitiers, pommes, poires, prunes et je vous le donne en mille : un verger de sureau, si, si, y’en avait tellement que j’en suis encore toute retournée… les copines confiotes, vous imaginez pas tous les petits pots de gelée que j’aurais pu faire, quand je pense à notre stand confitures du Placis Vert ! Il n’y a pas que les sureaux, il y a aussi les prunes non ramassées et les mûres, bon je compte sur vous pour en faire pour l’hiver !

La particularité de faire l’EV6, c’est qu’il y a de temps à autres la possibilité de changer de rive, soit parce qu’on l’a décidé, soit qu’on y soit forcés parce que la piste s’arrête, dans ce cas nous prenons des petits bacs qu’il faut appeler par liaison radio. Du coup on se fait des minis, mais très minis croisières, et ce sont toujours des moments d’échange avec les autres passagers « tu viens d’où, tu vas où, combien de kilomètres ??? »

image

image

image

Les autrichiens (enfin certains) aiment et protègent leurs arbres, à tel point qu’ils leurs tricotent des petits carrés en laine, assemblés autour du tronc, ça a un effet certain en tout cas c’est très joli ça met de la couleur dans le paysage s’il en vient à manquer. Ne jetez plus vos restes de laine et toutes et tous à vos petits carrés, on va habiller les arbres du Val Froment ainsi.

image

Comme on ne prépare nullement nos étapes, on fait des découvertes au hasard des journées, et si on a envie d’approfondir on en prend le temps ; c’est une grande liberté, qu’on n’aurait pas si on avoit des hébergements réservés chaque soir. Sans compter le fait que la recherche du lieu de bivouac est à chaque fois un challenge, lequel se solde avec plus ou moins de réussite ; nous nous sommes ainsi retrouvés au pied d’une digue, là où la main de l’homme n’a pas du souvent mettre le pied (pas terrible comme endroit, mais tranquille), au bord d’un petit embarcadère (belle vue sur la ville de l’autre côté du fleuve) ou dans un camping bondé (à part les douches, aucun intérêt).

image

En parlant de découverte, il y en a une qu’il n’aurait pas fallu rater, c’est l’abbaye de Melk. Immense ensemble dominant la ville, sa visite se mérite car la pente pour y arriver est particulièrement ardue (on se demande pourquoi ces gens là ne construisaient pas au bas de descentes) , mais nous avons découvert plus tard qu’il y a un autre accès par lequel passent tous les touristes.

image

Depuis 2000, avec la région de Wacheau, elles ont été élues meilleures destinations touristiques. Une église haut baroque à vous couper le souffle, démentiel tout simplement, ce n’est plus du luxe ni de l’opulence, il faudrait inventer un autre mot. Abbaye classée à L’UNESCO, c’est peu dire en tout cas si vous pédalez par là (la Fameuhly) ça vaut vraiment le coup d’y passer un moment.

image

Linz, capitale européenne de la culture en 2009, riche en musées et lieux de cultes, est traversée par ses tramways et par nous mêmes. Côté culture nous nous sommes précipité dans une immense librairie, pour un peu on y passait la journée, ils avaient un petit rayon de livres en français et un immense choix de cartes et guides sur la Donauradweg (Eurovelo 6), ce qui nous a soulagés car depuis le début on faisait sans.

image

Nous en profitons également pour passer chez le coiffeur, nous aurions nettement préféré que ce soit dans un petit village, mais on n’en a pas trouvé alors nous voici dans un salon en ville. Comme les plus perspicaces d’entre vous vont le remarquer, il y a une légère différence entre avant et après (heureusement)

image

image

image

J’en vois déjà qui se dressent devant leur écran en s’écriant « Mais où est passée la barbe du Père Joël ? ». Eh bien, n’en déplaise à mes admiratrices, c’est déjà une histoire passée. Nix, nada, keine barbe, j’ai rasé tout ça à grand peine, il m’a fallu trois rasoirs et beaucoup de patience mais j’en suis venu à bout. Depuis, ça repousse, alors suspense…

Un merci à Sophie, de Moscou, de nous avoir proposé un hébergement chez tes amis russe et autrichien, mais on n’a pas réussi à se joindre à temps, et depuis nous sommes loin. C’est l’intention qui compte, si tu as d’autres amis sur le parcours, nous sommes preneurs mais il faut prévoir un peu de temps à l’avance car nous n’avons pas un accès à internet en permanence.

Quand on s’arrête de pédaler on dévore bien évidemment la nourriture terrestre nécessaire aux efforts fournis, mais nous dévorons, on ne sait pas comment, un certain nombre de bouquins.
2 Fred Vargas, Henning Mankel « La muraille invisible » donné par Théo (épisode Roumanie), Gilles Legardier « Demain j’arrête », Jean Christophe Grangé « le passager » (980 pages, ce fut un des critères de choix) et Jonas Jonasson « Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire » , voilà il faut se nourrir l’esprit aussi.

image

Quitter l’Autriche fut comme se séparer de Rumen à Bratislava, ça s’est fait sans même s’en rendre compte, tout d’un coup nous étions en Allemagne sans avoir franchi quoi que ce soit. Seule différence visible, la couleur des panneaux routiers, ce qui n’est guère essentiel. Et comme ce sont la même langue et la même monnaie dans les deux pays, ce n’est pas exotique de voyager ainsi, l’Europe nous bride la découverte. Mais bon, on ne va pas non plus regretter les frontières, on aura bien assez d’occasions de sortir nos passeports et demander des visas dans le futur.

4° jour : Krems – Kleinpöchlan. 53,5 km, moyenne 15,2 km/h
5° jour : Kleinpöchlan – Mauthausen. 85 km, moyenne 16,7 km/h
6° jour : Mauthausen – Feldkirchen. 54 km, moyenne 14,7 km/h
7° jour : Feldkirchen – Passau. 78 km, moyenne15,6 km/h

Petits suppléments gratuits :
A la demande générale de quelques uns, voici enfin une photo de la scène de redressement de la tente effondrée sous l’orage. Ames sensibles s’abstenir !

image

Déçu(e) ? Alors une autre scène torride :

image

Quant au vélo d’Irène, il est affriolant aussi :

image

(Sèche linge solaire)

16 Commentaires judicieux

  1. Bonjour les amis
    Nous suivons votre périple avec beaucoup d’intérêt, (même muet) et apprécions votre littérature …
    plus tard, vous pourrez éditer.

    Merci Irène, d’avoir prévenu pour la photo, c’est sympa de penser aux copines …
    Bises à tous les 2 et bon courage pour terminer, mais, en avez-vous besoin ?
    ça a l’air tellement plaisant …
    Nicole

  2. même en vadrouille elle est coquette la miss!
    on a montré tout ça a Patrick et Françoise et on fait suivre à Crock Odile de Lyon qui est sur Rennes ces jours ci. Bises

  3. j’ai râté de vs entendre, pas réussi à mettre le haut parleur, je m’en veux enfin je vous ai vus ça me fait du bien – à l’instant, je viens de m’apercevoir qu’il fallait que j’enclenche le bouton poussoir du HP , pas douée la  » très jeune », trahie par l’émotion de vous voir si près !!! donc à recommencer – bravo pour les coupes barbe et cheveux vs avez rajeuni de 10ans, de plus on voit que les voyages forment la jeunesse… tjrs aussi intéressant le journal, les photos idem (je n’ai pas reconnu les fesses, d’autre part on s’attendait à autre chose…!!) pas mal la dentelle mauve, accrochée, est-ce une façon de pouvoir accrocher les regards gourmands ?? quand à Joël , rien … peut-être fait-il comme RUMEN pas de change ?? – vos péripéties m’amusent, continuez à écrire (ne remplace pas quand même le porte bagages ou la remorque, il, faudra y penser pr le grand tour) – bises à vs.LM

  4. bien je vois que tout se passe à merveille pour vous. J’espère qu’Irène est contente de son Rohloff. Pour nous finalement, après de longues hésitations on en a monté un sur chacun de nos vélos et après notre traversée A/R Bordeaux Nancy; On peut dire qu’on en est content. Prêt pour partir comme vous l’année prochaine pour un plus long périple autour du monde.
    Bonne continuité… la France approche

  5. Trois jours sans vous lire m’ont paru bien longs. J’en ai pris l’habitude. Vous voilà tous deux rajeunis. Vous en aviez bien besoin. Toujours aussi beaux et jeunes vous ne paraissez même pas fatigués. Vous arrivez en Allemagne. Plus près de nous. Serez-vous dans les temps ?
    Au prochain épisode. Bises. Paulette.

    • Quelques jours sans vous lire et pendant ce temps là vous en faites des kms ,et puis nouveau « loock » aucun signe de fatigue c’est donc vrai les voyages garde la jeunesse…..j’ai beaucoup de plaisir à vous lire et suivre votre aventure .
      Bises à vous deux .
      Katy

  6. Plus de barbe, de personnages atypiques, de jeûnes, de monnaie exotique, de chiens en liberté etc… : le coiffeur sonne-t-il le retour à la modernité?
    La barrière de la langue ne semble pas affecter votre appétit car vous avez bonne mine
    La vie à 2 (stéréotonie?!) reste le meilleur remède contre la monotonie!
    Continuez …(on vous suit)!

    Bises

  7. Coucou les couchés voyageurs.
    Merci pour les conseils, les lieux de visite sont notés.
    Nous sommes rendus sous les sables d’Olonne.
    Le voyage se passe pas trop mal avec quasiment que du soleil depuis le départ.
    La fameuhly vous embrasse même si ça ne pique plus chez JoCo.

  8. Coucou j aime bien l arbre multicouleur !!! Apollon va bien il se sent un peu seul et est venu quelque fois reclamer ses croquettes sur notre terrasse,mais je viens tout les jours le voir…
    voili voila a bientot !!!

  9. ADMIRATIVE!!!!
    je suis admirative, moi qui n’arrive pas à monter la côte d’Acigné en (à ?) !!! et à chaque fois que je vous lis, je me sens couverte de honte de prendre ma voiture et de passer mes vacances en Bretagne…
    le monde est beau et vous me faites rêver, peut être que votre énergie va me pousser à réfléchir à me lancer à essayer d’aller en vélo à ………..Noyal , une folie , je vous dis!!!!
    encore Bravo, et merci pour les récits et les photos, et j’attends votre retour pour avoir la recette……bises
    martine et michel

  10. le sport permet de vivre plus longtemps alors vous allez pouvoir en parcourir encore des KMS
    et nous prendrons encore beaucoup de plaisir à vous lire

    avec les filles en 1992 un 15 aout nous nous sommes retrouvées à LINZ, tous magasins fermés
    rien à manger et pas de chambre d hôtes pour le soir !!!!!!! comme vous nous avons apprécié
    cette ville

    après le coiffeur et le barbier : une nouvelle jeunesse j’ai du mal à reconnaitre JOEL
    BISES MADO

  11. Merci de nous faire voyager assis ou debout voire couché!au plaisir …visite à Rochefort sur Mer aujourd’hui ..Bernard à vélo ..au Transbordeur..et Radio-amateur…7388 notre code de l’Amitié…Kénavo

Laissez nous un commentaire (on aime bien !)