De Marie à Hervé

Des pintades, un bivouac ferroviaire, du faux basket…

Vous vous en souvenez peut-être, le train qui a consenti à nous emmener à Mariborough (qu’on va surnommer familièrement Marie) arrive de nuit, ce qui ne nous arrange pas trop. D’autant qu’au déchargement des vélos, on voit les employés en emmener un au bus qui attend devant la gare, l’autre restant sur le quai. Intervention énergique d’Irène pour récupérer son destrier, un type de la gare nous explique que le bus en question est une navette pour aller en ville, laquelle est à 10 km, en plus c’est gratuit. Ah bon ? Alors on est d’accord, mais c’est trop tard, le temps qu’on discute le bus est parti !

Il en faut plus pour nous désarçonner, en quittant la gare on voit qu’il y a de belles et grandes pelouses tout près au bord de la route, quelques minutes plus tard la tente est montée et voilà une nuit qui ne nous aura pas coûté cher. De plus nous pouvons profiter des lavabos et toilettes de la gare.

Le lendemain matin, par contre, on n’a rien pour le petit dej’ alors on part le ventre vide jusqu’à ce qu’on trouve enfin, 10 km plus loin, un Mac Do… Parfois nécessité fait loi, et quand on a faim on mangerait n’importe quoi, la preuve.

Notre destination du jour se profile enfin, on ne peut pas la rater, vu le panneau monumental qui s’impose au bord de la route, devant lequel on boulotte un étouffe-chrétien soi disant italien qui nous fait regretter la délicieuse cuisine de l’Italie du Nord (Cette phrase fera plaisir à Laetizia, mais comme en plus elle est sincère (la phrase, pas Laetizia, quoiqu’elle le soit aussi.) il n’y a aucun mérite).

« Hervé Bay »

La commune est incroyablement longue, à tel point qu’on croyait que le GPS se moquait de nous, mais non, c’est ainsi : Depuis la gare de Maryborough, lorsqu’on lui indiquait dans quelle rue on voulait aller à Hervey Bay il disait 45 km, puis quand on lui indique quel numéro dans la rue, ça faisait 54 km ! Le pire c’est qu’il avait raison, le machin. Mais ce qui est drôlement bien, c’est qu’une ancienne voie de chemin de fer a été convertie en voie verte, on traverse quasiment toute la ville confortablement, sans être avec les voitures, lesquelles ne sont d’ailleurs pas nombreuses ; cette localité de 78 000 habitants semble très tranquille, les rues sont d’une largeur incroyable et chaque maison dispose d’une surface de terrain confortable.

Le Net Ball

Au passage, nous sommes intrigués par un championnat inédit, du moins pour nous : Il s’agit du Net Ball, sorte de Basket qui n’en est pas tout à fait, un truc bien d’ici mais quand même pas aussi fun que le football australien, dont on espère bien voir un match un jour car ça a l’air assez costaud.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Il y a un front de mer impressionnant, non pas blindé de buildings comme on a pu le voir ailleurs, mais aménagé de façon très agréable : Entre la route et la mer, sur une huitaine de kilomètres, c’est une nature accueillante qui prédomine avec, évidemment, moult aires de jeux pour les gamins, barbecues et tables, fontaines, agrès où chacun peut modeler ses petits muscles, etc.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le soir, les gens arrivent avec leurs provisions et ça s’active autour des barbecues, l’ambiance est très familiale et bon enfant.

Ici la mer est très calme, pas moyen d’y faire du surf, c’est peut-être la raison de cette atmosphère différente.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On se pose à l’auberge de jeunesse Colonial Village, qui fait aussi camping . Il y a là toute une ribambelle de volatiles qui gambadent allègrement : Canards, paons, pintades avec leurs poussins. Et il pleut, ce qui plait bien aux canards et nous motive à prendre une chambre plutôt que monter la tente en prenant une douche, ce qui ferait certes gagner du temps mais ferait aussi du linge en plus à faire sécher.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Même si la commune est sympa, nous sommes venus pour Fraser Island, ce sera donc l’objet de notre prochain article. Et pan !


Le château médiéval : les photos

On avait oublié de publier les photos du fameux château évoqué dans l’article précédent, voilà qui est réparé, avouez qu’on s’y croirait :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

7 Commentaires judicieux

  1. hello de Rochefort sur Mer …many thanks for this article and soon in fraser Island ..nice place
    all the best Bernard

Laissez nous un commentaire (on aime bien !)