Guten tag Deutschland ! (Bis)

Cet article n’a pas été correctement publié hier, journée de tuiles (on en reparlera), d’où ce nouvel essai.

Une arrivée furtive, un concert impromptu, des traces de crues, des cyclo voyageurs avec leurs petits, des campings sympas, des bivouacs itou.

image

« L’important arrive non pas au terme de la route, mais bien avant, pendant le trajet lui-même. »(M. Pavic)

Comme on l’a vu précédemment, c’est presque à l’insu de notre plein gré que nous sommes entrés en Allemagne, et en plus ce fut dans des circonstances un peu particulières : Nous cherchions un lieu de bivouac en Autriche, et ne trouvions rien qui convienne. C’est que nous sommes exigeants, il faut que le terrain soit plat (au moins pour la tente, sinon on passe la nuit à remonter le duvet qui glisse avec son contenu), que ce ne soit pas dans un endroit trop fréquenté, de préférence près d’un cours d’eau, avec vue sur coucher de soleil (ça c’est la cerise sur le gâteau).

image

Après avoir raté un camping qui, de toute façon, se trouvait dans un endroit fort peuplé et bruyant, notre route se poursuivait un peu trop longtemps, ce qui nous a amené à envisager un hôtel qui passait par là ; heureusement (on verra plus tard pourquoi), il n’avait plus de place mais nous a suggéré un autre établissement à 3 km de là, le Rozencafé. En fait, le confrère en question ne risquait pas de nous héberger non plus, depuis les crues son bâtiment était complètement inutilisable ; l’eau est montée jusqu’au 1er étage, la cata. La situation se tend au même rythme que l’heure qui passe, Passau est encore loin mais tant pis, on y va ; enfin arrivés en ville, recherche de l’auberge de jeunesse, évidemment on passe près des panneaux sans les voir (pas de notre faute, ils sont positionnés pour les voitures et non près de la piste cyclable) et on finit par découvrir qu’il y a un camping dans la même direction, alors qu’il n’est pas mentionné sur la carte. Super, le camping : coin tranquille et près du centre ville, au bord d’un beau cours d’eau, accessible uniquement à pieds ou à vélo, accueil incroyable, les gérants nous invitent à partager leur barbecue… (comme quoi il n’était pas nécessaire de se faire de soucis, on trouve toujours une bonne solution).

image

Leur camping a été inondé évidemment, ils nous montrent les photos des crues, on ne voit plus que le toit de leur habitation, impressionnant. Visiblement la solidarité a fonctionné, des panneaux affichent les remerciements pour l’aide et le soutien reçus.
Le lendemain on rencontrera un couple italo-suisse avec leurs 2 enfants de 7 ans et 6 mois à vélo, la maman allaite, c’est bien pratique dans ce genre de déplacement.
Nous ferons également connaissance d’Olivier et Alia d’Annecy, Olivier est sur un HandBike, il a une jambe dans le sac et se propulse à la force de ses bras. Ils sont sur l’EuroVélo 6 pour 3 semaines et sont en autonomie totale, Olivier peut marcher un peu en s’aidant d’une béquille, ils filent tous les deux vers Budapest leur destination finale.

image

Passau est une ville qui a subit de plein fouet les intempéries de juin, elle est située au confluent de 3 fleuves : le Danube, l’Inn et l’Ilz, de nombreux départs en croisière se font à partir du port, c’est une plaque tournante du tourisme fluvial.

image

Les petites ruelles de l’ancienne ville qui bordent les cours d’eau ont été envahies par les eaux tumultueuses des rivières aveugles montant à l’assaut des commerces et habitations sur plus de 3 m50 (niveau de record affiché sur la façade de l’hôtel de ville qui a été envahie jusqu’au 1er étage).

image

image

La plupart des commerces de rez de chaussée sont fermés mais ouverts à tous vent pour faciliter l’assèchement et l’évacuation de l’humidité ; les fabricants de déshumidificateurs ont du faire fortune cette année ! L’odeur est persistante, les vitrines sont couvertes de photos témoignant de l’invasion des eaux, des dégâts et du niveau de vase dans les rues. En regardant les façades des hôtels, restaurants ou monuments et même églises on mesure pleinement la frayeur des habitants et l’immense boulot de nettoyage nécessaire à la remise en état des lieux, c’est colossal.
La saison touristique arrivant, tout le monde a du s’activer pour que les séquelles soient le moins visibles possible et franchement c’est réussi, la ville est propre, normal, Angela Merkel a mis son armée au boulot !

image

En parcourant les ruelles plus hautes, le hasard nous a conduit a l’église jésuite St Michel, coup de chance nous assistons à la répétition de l’ensemble orchestral Vonbach Euregio Symphonie Orchestra, moment magique d’un dimanche matin, plus de 100 choristes et un orchestre symphonique au complet accompagné de 4 alto, tenor, basse et soprano, du pur bonheur et un moment d’émotion fort, on ressort de là tout regaillardis !

image

La grande cathédrale qui domine la ville n’est pas banale non plus, elle est célèbre pour ses concerts d’orgue avec ses 17974 tuyaux, 233 registres sonores et 4 carillons, c’est le plus grand orgue de cathédrale du monde, c’est dire si ça déménage quand tout ça se met en branle, on a assisté au début de la messe, toutes les têtes se sont tournées comme un seul homme vers l’orgue, frissons garantis.

image

image

image

A nouveau, rencontre d’un couple de jeunes parents, Aurélie, Julien (qui, lui aussi, a joué avec un Pople quand il était petit) et le petit Marius âgé d’une vingtaine de mois ; ils sont partis de Nantes mais leur voyage a été interrompu à la frontière suisse, non que les douaniers leur aient fait des misères, mais Aurélie a fait une chute de vélo en Suisse et s’est fracturé le coude. Retour à Nantes pour 1 mois pour arranger ça, consolidation puis re-départ, ils sont motivés !

image

Arrivés à Deggendorf une pluie d’orage nous oblige à nous réfugier dans un café, ben oui ce sont des lieux vivants, spacieux, on y boit et on y mange à l’occasion et surtout on donne des nouvelles à la famille et aux amis grâce à internet. Avons eu ce jour là Édith, Michel et Louise Marie, plus tard Simon.

image

Le problème c’est que le ciel ne se dégage pas vraiment, ça pleut en continu, on profite d’une accalmie et repartons convaincus que l’on va se faire rincer. Effectivement, après une vingtaine de kilomètres on prend la douche tout habillés, nous sommes dans une région de campagne, entre 2 bourgs, sans abri. Nos postérieurs commencent à prendre un bain, il ne fait pas froid mais on aimerait quand même se mettre à l’abri. Première ferme en vue, 2 femmes sont en train de travailler dans la stabulation, elles ouvrent de grands yeux et nous envoient dans une autre ferme, on y fonce, là l’accueil est meilleur mais vu le foutoir qu’il y a partout on se fait indiquer le plus proche camping, en fait on se serait bien contentés d’une grange.
Le camping est tout petit, en fait c’est une propriété où stationnement quelques camping cars, quelques petites cabanes en bois améliorées et un petit espace pour les campeurs, les sanitaires sont nickel, tip top, on a l’impression que ça vient juste d’être installé. Nous arrivons avec un autre couple de Chambéry, comme nous ne sommes que 4, on investi les sanitaires pour faire sécher notre linge et recharger les appareils électriques (la recharge sur dynamo ne fonctionne pas comme elle devrait, il va falloir améliorer le système).

image

Le lendemain, ciel bouché en permanence, température plutôt fraîche, une journée qu’on pourra oublier sans regret.
Nous trouverons à Regensburg un petit camping très sympa et pas trop cher, c’est en fait le club kayak qui a ses installations là et les ouvre à qui veut se donner la peine de demander. D’ailleurs, le surlendemain à Neuburg, situation similaire et c’est encore moins cher, alors que l’emplacement est idéal, au bord du fleuve et avec juste un pont à traverser pour aller visiter la ville.
Entre temps, nous avons bivouaqué dans un endroit bien paumé, avec bien entendu un superbe coucher de soleil sur le Danube; l’emplacement pour la tente était minuscule, ce n’est que le lendemain matin en repartant qu’on s’aperçoit que quelques centaines de mètres plus loin il y avait de la place pour loger un régiment…

image

Il ne faut pas croire que parcourir l’Euro vélo 6 est toujours facile, même avec une bonne carte. Par exemple, le balisage entre Bab Abbach et Keilheim serait carrément à revoir, une jolie passerelle en approche du centre ville nous permet de découvrir cette petite cité,

image

seulement arrivés en bas…plus d’indicateurs, idem en centre ville, la sortie de Keilheim vers Neustadt fait passer par des chemins si pentus que, même à deux, il est difficile d’y pousser le vélo. De rage on prend la route, et là les cuisses chauffent, les côtes ne sont plus vraiment notre quotidien et ça se sent ! La descente sera éblouissante, il faut des récompenses tout de même, un petit 58 à l’heure histoire d’améliorer la moyenne de la journée, ça défrise un petit peu et ça donne le frisson. Et dans l’ensemble, les parcours sont variés, pleins de charme et d’agrément.

image

Le courant est très fort dans cette partie du fleuve, et c’est un régal d’observer les canards qui viennent s’y poser, ou qui s’envolent ensemble en pédalant à toute allure pour prendre la vitesse nécessaire au décollage. Attachez vos ceintures ! Quand nous nous retrouvons dans les campagnes entre champs de mais, de pommes de terre, de betteraves ou de fenouils, régulièrement nous croisons des chevreuils qui s’ élancent d’un champ à l’autre, ils sont si graciles qu’ils semblent ne pas toucher terre, un vrai régal pour les yeux.

image

Comme le disait si bien le cousin Jean-Pierre dans son commentaire précédent, l’Allemagne c’est propre, rangé, il n’y a rien qui dépasse, on croirait évoluer dans une carte postale ; les sanitaires publics sont rutilants, il y a évidemment du papier toilette (et même des rouleaux en réserve, que personne n’aurait l’idée d’embarquer), on se demande ce que doivent penser les allemands quand ils viennent visiter la France…

image

Nous ne faisons pas autant de rencontres que dans les pays plus à l’est, mais elles sont toujours agréables ; les allemands sont discrets et posent peu de questions, d’ailleurs ce sont généralement eux qui mettent un terme à la conversation alors qu’avec les roumains ou les serbes nous devions prendre cette initiative parce que « c’est pas le tout, on a encore de la route à faire ». A la sortie d’un petit bourg, nous dépassons une grand mère et sa petite fille en vélo, la gamine d’environ 5 à 6 ans se prend au jeu et nous double à nouveau, elle pédale à toute allure en se retournant pour s’assurer qu’on ne va plus la dépasser ; on largue la grand mère, qui n’arrive plus à suivre et on s’amuse bien avec la petite, tout en se demandant jusqu’où on va l’emmener comme ça. Tout à coup elle freine devant une maison, terminus ! Elle en a dans les mollets la petiote, elle promet.

A chaque fois que nous avons besoin d’eau, il suffit de demander quand on voit une personne dans son jardin, nous n’avons jamais eu de refus. Ce matin même nous avons discuté avec une dame qui met à disposition des cyclistes uniquement (pas ceux qui ont un moteur électrique) des pommes de son jardin dans un grand panier.

image

Suite en Allemagne dans quelques jours
_______________
1° jour (18 août) : Passau – Hilrarsberg. 34 km, moyenne 14,4 km/h
2° jour : Hilrarsberg – Kleinwarzach. 46 km, moyenne 14,8 km/h
3° jour : Kleinwarzach – Regensburg. 86 km, moyenne 15,2 km/h
4° jour : Regensburg – Staubing. 55 km, moyenne 13,6 km/h
5° jour : Staubing – Neuburg. 70 km, moyenne 15,4 km/h

9 Commentaires judicieux

  1. alors quelques déboires mais pas graves c’est le principal, de bonnes douches venant du ciel ne font pas de mal et rafraîchissent entre autre les « callosités » au postérieure …Ne pas ns envier, le temps ici fait grise mine, paraît il des rayons vont apparaître (pas de vélos !!) -Vs avez quand même beaucoup de chance : concerts, de la générosité, des rencontres de gens agréables, j’en rêve (ce n’est pas tjrs le cas en I/V.., il y a qd même des exceptions heureusement!!) profitez-en au max. bisous à vs 2.

  2. APrès qq jours d’absence je retrouve mon feuilleton de l’été…..super!!! c’est un feuilleton bien écrit, culturel, drôle, avec des images sympas…juste une petit manque: le son pour les concerts!!!!!!
    Merci encore .
    Bises
    Michelle

  3. bonjour les cousins , vraiment vous nous faites réver, , c’est en autocar qu’il faut faire cela , nous ferions partie du séjour sur ,,,,continuer , prenez bien soins de vous .gros gros bisous des cotes d’Armor , a bientôt de vous revoirs KENAVO et bravo pour ce que vous faites , toute la famille vous embrasses.

  4. héhéhé superbe ,magique, magnifique ; j’adore ! depuis le temps que je devais venir visiter votre blog je suis ravie 🙂 vous devez vraiment vous régaler ça fait plaisir , on vous embrassse , prenez bien soin de vous surtout à très vite de vous revoir

  5. Heureux pour vous que les belles rencontres continuent même si avec les Allemands c’est un peu moins chaleureux. Cela semble également le cas de la météo ; Je suppose que vous devez scruter les bulletins pendant le séchage des vêtements. La puissance des éléments semble avoir (également là-bas) remis les hommes à leur juste niveau, avec en prime l’expérience de la solidarité. Les catastrophes naturelles participeraient-elles au progrès de l’humain qui en a bien besoin ?

  6. désolée d’avoir tardé pour lire vos commentaires !!!problèmes d’ordi !!! que de belles photos vous nous en mettez pleins les yeux !!merci rentrez vite . bisous bisous.

Laissez nous un commentaire (on aime bien !)