Kiwipedia, TimTam & Bilan

Tout ce que vous avez besoin de savoir sur la Nouvelle Zélande, sans même oser le demander. C’est ce que vous propose cet article subtilement nommé Kiwipedia, ça vous évitera d’aller farfouiller sur Wikipedia où vous ne trouverez d’ailleurs pas ces informations exclusives. Nous allons aussi vous faire part d’une révélation, les TimTam. Et terminer par un petit bilan de ces quatre mois passés chez les Kiwis.


Kiwipedia

All Blacks
[Rugbymen] 15 monstres revêtus de noir et gigotant devant l’adversaire avec force cris et gestes menaçants. Éviter de leur marcher sur les pieds, ou alors haka se sauver en courant très très vite.
Avocat
[Lawyer] Homme de loi à choisir soigneusement, ils sont parfois trop durs, trop tendres ou carrément marrons. Dans tous les cas, leurs factures sont indigestes.
[Avocado] Fruit à choisir soigneusement, ils sont parfois trop durs, trop tendres ou carrément marrons. Dans tous les cas, leurs noyaux sont indigestes.
Kiwi
[Kiwi bird] Étrange oiseau incapable de voler, puisque sans queue et quasiment sans ailes mais doté d’un bec invraisemblable. Une omniprésente publicité mensongère affirme qu’il y en a partout mais on n’en voit jamais la queue d’un (peut-être parce qu’ils n’ont pas de queue…). Contrairement à une croyance répandue, ils ne sont pas efficaces pour cirer les chaussures.
[Kiwi fruit] Fruit poilu abondamment cultivé pour la plus grande joie des backpackers qui en font la cueillette afin de gagner des dollars pour poursuivre leur voyage.
[Kiwi] Habitant de la Nouvelle Zélande (S’écrit avec une majuscule pour ne pas les confondre avec les oiseaux ou les fruits). Parle avec un accent à couper au couteau et marche pieds nus ou en tongs en toutes saisons (N’a donc pas besoin de cirage).
Māoris
[Māoris] Polynésiens arrivés ici il y a un millier d’années (Ceux que nous avons rencontrés sont plus jeunes que ça). Bons marins et guerriers, on leur prête des pratiques cannibales mais c’est terminé, ils ont mangé le dernier. Le maori sait endurer la douleur ; y’a qu’à regarder leurs facisnants visages tatoués.
Mouton
[Sheep] Boule de laine sur pattes. Environ 30 millions, huit fois plus que d’habitants. Il y en a partout, même sous les lits.
Vin
[Wine] Jus de raisin fermenté contenu dans des bouteilles portant des noms français (Pinot, Merlot, etc.) et ne nécessitant pas de tire bouchon. A part l’étiquette, peu de rapport avec la production française.
Yaka
[Timber] Bois originaire des Fidji dont la teinte et les veines sont proches des célèbres arbres géants Rimus.
[Falcon] L’espèce de faucons la plus répandue sur tout le territoire. Pour les distinguer du bois homonyme, on l’appelle généralement yaka faucon. Ne pas confondre avec son cousin yapuka qui le suit souvent.

TimTam Story

Ce n’est pas une invention néo-zélandaise, mais c’est là qu’on en a le plus boulottés, de ces biscuits fourrés au chocolat. La révélation nous en est venue en Tasmanie, et depuis on est accros. (Joël en est accros !)

Le premier problème, c’est de choisir, il y en a tellement de sortes :

Que choisir ?

Le second problème, c’est de partager car le fabricant est particulièrement vicieux : Il y en a onze par paquet, c’est absolument indivisible. Sauf pour certains parfums où il n’y en a que neuf, ce qui est tout aussi malcommode à partager en deux. C’est machiavélique, ce truc, ça doit être fait pour qu’on achète deux paquets à chaque fois.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le troisième et dernier problème, c’est de réussir à les manger selon le protocole établi : Croquer un des coins, puis l’autre dans l’ange opposé, tremper un bout du TimTam dans un mug de chocolat chaud et aspirer le chocolat à travers. La boisson chaude fait fondre le chocolat du TimTam, c’est divin. Et on s’en met plein les doigts puisque le chocolat de couverture fond immédiatement aussi et tout le bazar se ramollit, il faut se dépêcher de l’engloutir (avec régal).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’idéal est d’avoir un bon chocolat chaud :

Sauf que là c’est un « chocolat Macron » : Il est beau, il présente bien, il est cher mais dès qu’on y goute on est déçus, il n’a pas le goût espéré…pas assez de cacao !!!

 


Bilan

Après plus de quatre mois passés chez les Kiwis, on a une certaine expérience du pays, en tout cas plus que ceux qui n’ont pu y séjourner que quelques semaines. Et on peut sans aucune hésitation recommander la Nouvelle Zélande à tous ceux qui ont envie d’admirer des paysages fantastiques et rencontrer des gens accueillants et serviables.

Le point de vue des cyclistes

Si vous n’avez qu’un ou deux mois devant vous, privilégiez l’Île Sud, les cycle trails sont fabuleux, notamment en Otago et du côté du Mont Cook. Même en dehors de ces circuits, il y a plein de petites routes sympas et quasiment désertes. A éviter en hiver, à moins d’aimer pédaler sur la neige.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il est facile de camper à peu près partout (sauf Queenstown, trop touristique)  et de s’approvisionner. Et ça ne monte pas tant que ça, on n’a pas eu besoin de pousser trop souvent. Entre les côtes sauvages, les lacs, les massifs, les forêts, les paysages sont variés et d’une beauté incroyable, on ne s’en lasse pas. Comme en Australie, les toilettes publiques sont toujours propres et approvisionnées en PQ, même celles qui se situent hors des sentiers battus.

Si vous avez plus de temps, l’Île Nord est un bon complément mais moins facile à vélos :  Plus de circulation, plus de grosses routes bruyantes, de plus longues distances pour aller d’un point remarquable à un autre. Et plus de côtes difficiles dues au caractère volcanique de l’île qui ne bénéficie pas des vallées entre les montagnes de l’Île Sud. Outre la région des grands volcans (Tongariro, Taranaki) et l’incontournable Rotorua, le Northland est très intéressant et l’hiver y est doux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En voiture

L’avantage d’être motorisé est que l’on peut se permettre de prendre tous les diverticules possibles et imaginables, notamment en bordure de mer où se cachent des baies toutes aussi belles les unes que les autres. On ne craint plus les descentes et les montées intempestives. Les lignes de crêtes à travers la campagne et les forêts offrent des panoramas spectaculaires. Les habitants des villages māoris nichés à flanc de collines ou bien sur des promontoires bénéficient d’un environnement de qualité à l’état pur. A chaque réveil c’est un tableau peint par dame nature qui leur est offert ; on ne peut que comprendre leur attachement à cette terre qui se drape à tout instant de ses plus beaux atours.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

La bouffe

C’est à peu près comme en Australie, autant dire qu’on ne meurt pas de faim mais on ne se régale pas tous les jours non plus. Nourriture industrielle, fruits et légumes hors de prix, si on ne cherche pas un peu en dehors des supermarchés c’est loin d’être enthousiasmant. Heureusement il y a des stands de fruits et légumes en self service dans les régions de production (sauf en hiver évidemment), des restaus asiatiques et indiens, et même des hôtes qui vous cuisinent de bons petits plats.

Les Kiwis

Ils sont sympas les Néo-zélandais ?  Ah oui alors, et même plus que ça. Ça fait un bout de temps qu’on voyage, jamais on n’a été à ce point accueillis sans avoir besoin de demander quoi que ce soit. On finit par ne plus être surpris de se retrouver invités par des gens qu’on n’a rencontrés que quelques minutes.

Alors on vote à 100% pour le pays des Kiwis !


Au moment où vous lisez ces lignes, nous sommes en mer, en espérant que cette fois sera la bonne, sachant que la météo nous annonce une mer bien agitée. Les poissons vont encore avoir de quoi manger, il parait que le mal de mer peut s’estomper au bout de trois jours, on verra bien…

Le suivi satellite en temps réel est désormais sur la page Ouskison ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

9 Commentaires judicieux

  1. Il est cool votre kiwictionnaire !! Je ne peux que partager votre ressenti de ce si beau pays ! Merci pour tous ces fabuleux souvenirs, mais c’est pas malin.. Freddy meurt d’envie de tim tam trempés dans le chocolat chaud maintenant !! On va trouvé ça où en Amazonie ??

  2. Bonjour
    Merci beaucoup pour ce bel ouvrage qui nous semble très utile pour nous qui cherchons un pays à visiter à vélo
    Grâce à vous nous passons de très agréables moments à vous lire
    Bon voyage
    Amicalement jlouis

  3. Ah oui, c’est une bien belle rétrospective dont vous nous gratifiez, et qui nous donne envie d’aller y voir de plus près…
    Bon voyage sur les flots bleus, agités. Continuez à nous faire rêver !

    Bien amicalement

  4. Bonjour les « navigateurs »
    Dans le dernier courriel du pays des « Kiwis » , je suis intriguée par la couleur du « liquide » noir, Irène se baigne : svp c’est quoi ???
    Curieux, curieux, j’attends la réponse, bizzzzzzzzzzzzzzzz de la fraîche Bretagne.
    Mamie Nicole

  5. Ahahah ! j’ai bien ri sur ces descriptions KiwiPédiennes
    – Je me demande encore qui a bien pu manger le dernier cannibale …
    – Le beau lapsus de « Manger l’ANGE opposé avant de le tremper dans un Macron ! »
    – L’énigme « attention SLIPS » ==) iraient-ils pieds nus et culs nus aussi !
    Ou serait-ce en lien avec les bains de boue ???

    En attente des nouvelles aventures, françaises cette fois !

    Il pleut chez nous (donc chez vous) … j’espère que la mer est calme de votre coté.
    Gros bizhouxxx Nanou

    PS Mille Mercis à tous les Kiwi-Accueillants ayant pris soins d’Irène et Joël

  6. Ah nous étions aussi très fan de ces Tim Tam . On vous comprend mais à Tahiti il y avait bien moins de parfums au choix lorsque nous y vivions . Quel beau périple en Nouvelle Zélande ! Et que de beaux souvenirs pour nous ! Merci pour ce beau reportage ! Myriam et Arnaud

  7. Tres tres bien ce petit resume des kiwis!
    Un petit truc d’australien pour manger les tim tam plus proprement…il faut les congeler avant!
    Le chocolat extérieur n’a pas le temps de fondre et c’est encore meilleur avec le chaud/froid du chocolat 😉

    Bonne nav!
    Bises des Motte depuis la France Metropolitaine

  8. Merci d’avoir testé la Nouvelle Zélande pour nous. Cela nous donne des envies. Mais vous pourriez nous remercier d’avoir testé l’ile de Java pour vous (dur dur à vélo), à moins que vous ne soyez maso ou ne soyez comme St Thomas qui voulait tout voir par lui-même.
    Amitiés de France
    Daniel et Frédérique (lescampette2.jimdo.com)

Laissez nous un commentaire (on aime bien !)