La côte de la mort qui tue

Après une nuit agitée suite aux (trop) nombreux passages du Monstre de fer, nous voila repartis pour une montée qui promet d’être coriace.

On ne pourra pas dire qu’on n’était pas prévenus, le GPS indiquait une zone où les courbes de niveau sont si rapprochées qu’elles se touchent, et des turcs nous avaient dit qu’on ne pouvait pas passer par là à vélo. Ils avaient raison !

C'est par là qu'on va
C’est par là qu’on va

La galère

Même si on est un peu effrayés par ce qui nous attend, on n’a pas trop le choix : Faire demi tour ne nous tente pas trop, on a dépassé la moitié de la distance prévue, le point de non retour. Et puis on se dit que la côte va être dure, mais qu’ensuite ça va aller. Comme quoi on peut être naïfs, parfois.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais pour vous raconter la suite, rien de mieux que la vidéo, vous allez voir :

Vous pouvez voir cette géniale vidéo en plein écran en allant sur Viméo
puis en cliquant sur l’icône située en bas
Capture d’écran 2014-07-21 à 15.27.51

Le problème n’est pas tant la côte en soi, même si c’était un peu très physique, mais la suite : ça ne cesse de monter, on n’en voit jamais le bout, et le sol est toujours aussi difficile, on se tord les chevilles en poussant, ça bloque, ça coince, ça râle.

Tout en galérant, on se disait que si on avait dû passer par là le premier jour, on aurait probablement renoncé; mais c’eut été fort dommage, on n’aurait pas découvert la vallée ni la caverne du monstre de fer…

Réconfort au village

Vu la difficulté de l’exercice, nous n’avons pas envie de le prolonger plus que nécessaire, c’est pourquoi nous décidons de rejoindre le village le plus proche au lieu de continuer sur cette piste comme prévu. La question est : Est-ce que le chemin qui bifurque vers ce village sera praticable, ou même existera-t-il encore ? En effet, les autres petits chemins que le GPS avait signalé existaient bien, mais souvent à l’état de traces, totalement abandonnés.

Soulagement, l’accès au village semble possible, c’est toujours pentu et plein de caillasse mais ça passe. Encore une belle grimpette en alternance, et nous voici débarquant à Kuscula, tels des extraterrestres car personne n’arrive par là excepté les bergers avec leurs troupeaux.
Ne reste plus qu’à trouver où se restaurer (les provisions commencent à être maigres) et dormir. Et pour cela, comme d’habitude, le meilleur moyen est d’aller au café près de la mosquée.

Grande discussion au café
Grande discussion au café

Ca ne manque pas, après avoir expliqué notre demande aux hommes qui sont là, on se fait offrir un thé (il n’y a jamais moyen de payer, toujours quelqu’un qui s’en charge pour nous), on discute (la tablette est pratique pour traduire) et finalement nous sommes conduits à celui qui va être notre hôte. Alors qu’on se serait bien contentés d’un coin de jardin pour camper, voire même d’un bout de mosquée, nous partons pour une maison bleue, accrochée à la colline.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous voici accueillis comme des rois, une chambre nous est préparée et il y a même du feu dans le poêle (au point qu’il fait trop chaud, on étouffe). On prend le repas en famille, c’est très convivial, puis la famille et les voisins/voisines arrivent, la soirée prend un tour carrément chaleureux, on rit, on bavarde comme on peut, on est bien. Fatigués aussi, à un moment on se demande quand on va pouvoir aller se coucher, mais ça va, ce ne sera pas trop tard.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci infiniment à vous, Salim et Selminaz, vous et votre famille êtes adorables !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Demain on va retrouver les routes asphaltées, et en plus on va descendre vers la Méditerranée, ça va faire du bien et on va enfin avancer un peu.

Quoique, même si on n’a parcouru que 7 kilomètres, on a marché trois fois plus puisqu’il fallait pousser à deux un vélo, redescendre chercher l’autre et le pousser à son tour. Donc ce n’est pas si mal que ça, 21 km de grimpée dans la caillasse, on n’a pas démérité.

 

18 Commentaires judicieux

  1. Trop drôle vos petites vidéos, ça avait l’air d’être vraiment chouette votre route 1à fois pire que la Parenzana ça c’est vrai pour sûr!!
    On aurait bien aimé être la avec vous en tout cas!
    J’entends déjà Irène râler!! lol je rigole!!
    On a hâte de voir la prochaine chtite vidéo en tout cas!!!
    Nous approchons du Mékong à grande vitesse grâce au peekup des Thaïs!!
    Ciao

  2. très mignonne Irène avec le foulard à petites perles!! et encore une fois je me dis que je préfère porter mon sac à dos! bon à la descente je râle car les pieds font toujours la même chose alors que vous vous rigolez……

  3. Rappelez-vous notre rando avec Joaillettes35 à Mézière sous Couesnon….. vous la feriez maintenant allègrement….. mais pas nous
    Super vos vidéos
    Serge et Marie-Christine

  4. J’ai pas encore pu regardée les videos , mon ordi a pas de son ( c’est con ) en plus pas chez moi ! Mais dans quel galére vous allez a ce rythme c’est 10 ans qu’i va vous falloir pour votre voyage ….. lol ……. Irene je t’avais pas reconnu avec ce foulard ….. lol ….. Continuez a nous faire rire et oui assise derriere mon ordi c’est facile ….. Gros Bisous a vous 2 Lili

  5. Bon, trop de choses à faire de mon côté … mais pas à vélo … et plus trop le temps de squatter mon ordi pour suivre vos aventures, mais aujourd’hui j’ai pu … et je ne suis pas déçue ! Le monstre de fer, la côte de la mort qui tue … je vais rebrousser chemin pour voir ce qui vous est arrivé depuis que je vous ai quittés virtuellement … mais déjà que du bonheur ! Bous êtres trop forts tous les deux ! Comme disent les jeunes, vous assurez ! Bravo, bonne continuation … et que vous dire, votre idée de vidéos c’est fabuleux, on a vraiment l’impression de rouler et de suer avec vous ! Bisou à tous les deux ! Violette, une amie et voisine de ML (Laure … la vélomobileuse ouioui de Gironde …)

    • Très impressionnant toutes ces cotes . Vous devez être fatigués de pousser les vélos et redescendre chercher l’autre. Mais vous êtes toujours bien reçus chez vos hotes. Il sont très sympathiques. Très belle Irène avec le foulard et ses petites fleurs.
      Bises à vous deux et à bientôt de vous lire.
      Paulette.

    • Très impressionnant toutes ces côtes et les cailloux qui jonchent la route. Vous devez être fatigués de pousser le vélo et d’aller rechercher l’autre. Mais réconfort vous tombez souvent sur des hôtes très sympathiques. Tu es très belle Irène avec le foulard et ses petites fleurs qui entourent ton visage.
      Bises à tous les deux. A bientôt de vous suivre.

  6. petit coucou des secrétaires des compagnons bâtisseurs…. nous venons de regarder votre périple à la côte de la mort qui tue… eh bien quel courage !!! nous espérons pour vous que tout se passe bien et que vous profitez bien…
    Anne-Marie et Krystel

  7. Super tout ce parcours et toutes ces aventures ! Mais j’hallucine ou quoi ? Je croyais Joël et Irène au fin fond de la Turquie et je les ai croisés ce matin dans une voiture rue du Grand Four à Acigné !
    Quelle accélération soudaine !

  8. Vous etes des fous ….. j’ai regardée les 2 videos bien assise dans mon canapé , le monstre fait peur …… lol …….. quand je vous voient entrain de poussés encore et encore dans des chemins avec de la caillasse , je me suis ils sont dingue …………….. lol ….. Je vous adore ……………………….Avec vous c’est la aventure avec un grand A……………. Bisous Bisous Lili

  9. Ce n’est plus du vélo, c’est de l’alpinisme. Vous avez ouvert une nouvelle voie?
    A quand les télécabines?
    C’est là qu’on voit que le guidon haut pour pousser… c’est un plus… ;-))

  10. Et voilà, le contact est noué…Un petit mail reçu ce jour.. un petit peu de baume au cœur. L’occasion pour nous de découvrir votre blog sur l’EV 6. La « page » SLOVAQIIE nous a ramené un peu plus d’une année en arrière.
    Néanmoins, l’EV6 doit vous paraître à présent un vrai billard? La côte de la mort… qui tue… vous l’avez déniché comment?
    Ce que vous réalisez en ce moment est dantesque et nous sommes éberlués… une philosophie sans limite, un moral d’enfer et une condition physique hors norme sont nécessaires pour affronter toutes ces difficultés. Et le matériel dans tout ça?
    A présent que nous vous avons retrouvés, nous allons essayer de vous suivre régulièrement.

    Patrick / Arlette

1 Trackback / Pingback

  1. Eloge de la chariotte | Les Cyclomigrateurs ☺︎

Laissez nous un commentaire (on aime bien !)