Mille kilomètres !

1000 bornes aux compteurs, un beau cafouillage et des explicages

Enfin, nous avons parcouru nos mille premiers kilomètres !

Pour certains, ça peut paraître énorme, pour d’autres ce n’est pas beaucoup, mais symboliquement ça compte.

image

En parlant de compter, ce n’est d’ailleurs qu’une approximation parce que nos deux compteurs ne sont jamais d’accord (celui d’Irène est pessimiste, celui de Joël optimiste, ne pas y voir de rapport avec nous mêmes) et le GPS raconte souvent n’importe quoi. De toute façon, on s’en moque un peu des kilomètres, ce qui compte est ce qu’on vit au quotidien, les endroits parcourus, les rencontres, les bons moments au bivouac, et même les petites galères, tout ce qui fait le voyage.

image

Et dans le voyage, il y a aussi la partie émergée de l’iceberg, celle que vous voyez, le blog. C’est un sacré boulot d’écrire tout ça, vous ne pouvez pas savoir, d’ailleurs on devrait contacter un syndicat pour faire améliorer nos conditions de travail. La rédaction se fait à quatre mains (alternativement, pas en même temps, pas assez de place sur le clavier) mais c’est un peu fastidieux parce que c’est un clavier virtuel, sur la tablette. Ca c’est pour ceux qui se demandent « c’est qui qui fait les articles » ?

LMB : nos commentaires ne sont copiés, ni tirés d’autres textes de voyageurs qui seraient parus précédemment, on ne sait pas trop comment comprendre ton commentaire ?

image

Il y a une chose qui nous fait bien plaisir quand on arrive à trouver une connexion, c’est de découvrir tous vos commentaires et vos mails encourageants, vous êtes un peu beaucoup avec nous, et ça fait un bien fou de savoir que notre famille et nos amis sont là. Ca nous motive pour nos pages d’écriture.

D’ailleurs nous avons eu un gros blême avec notre article sur la Slovaquie, nous étions à jour, article prêt à publié, et puis plouf, le matin, plus d’article, disparu, comme Rumen ! Je vous dis pas les sacrés #$€¥@$, et bien évidemment pas de sauvegarde ; on s’était bien marrés en le rédigeant, cet article, eh bien là on se marre moins ! C’est bien la peine d’avoir un informaticien dans le groupe !

Encore pire, le logiciel a encore déconnéfait des siennes en publiant de sa propre initiative un bout d’article en cours de rédaction, une sombre histoire de type à poil, oubliez ça bien vite, ce n’est que de la fiction et il n’y avait pas de photo (ouf ? Dommage ?). Et c’est de la faute à l’informatique, comme toujours.

Bon vous allez l’avoir, aujourd’hui 14 aout, nous nous y collons promis, on en profite pour faire un smack à notre Louise Marie préférée pour son anniversaire.

Mais on a aussi besoin de temps pour des tâches aussi essentielles que faire la lessive et la vaisselle, discuter au coin du feu, ramasser du bois (étape préalable au point précédent), bouquiner, monter et démonter le bivouac, faire les courses (comme on ne comprend rien aux étiquettes, on a la surprise en ouvrant la boite), et accessoirement rouler.

image

Simon de son côté surveille avec intérêt les péripéties de son Pople (prononcer popeule), sa petite peluche d’enfant est du voyage et c’est ma mascotte (Irène) et il subit tous les tracas ensoleillés, venteux, ou orageux, surtout qu’il dors dehors (lui non plus n’est pas syndiqué). Il a des frayeurs épouvantables quand il voit qu’un boudiou de camion va nous doubler, ll se demande s’il ne va pas s’envoler de son mat. Et bien il a son petit succès, des fans l’ont reconnu, ils ou eles ont eu le même, enfant, c’est à dire que ces contacts ont une petite trentaine et c’est franchement rigolo de se voir abordé via Pople.

image

Autre fait marquant de ce voyage sur nos vélos couchés : nous ne pouvons pas faire valoir notre droit à l’image et c’est bien dommage car si on ne demandait qu’un euro par photo que les gens prennent de nous, cela financerait l’hôtel *** tous les soirs.

A part ça, pas d’attaque d’escargots géants, tout va bien. En route !

19 Commentaires judicieux

  1. Bravo pour vos articles toujours frais et captivant
    vous lire me donne envie de préparer un petit circuit vélo (quelques jours en France pour commencer…)
    Encore bravo pour les 1000KM , c’est ce que je parcours en 1 an

  2. Mille bravos pour vos mille kilomètres!!!
    Nous attendons la suite de l’aventure de la tente qui s’envole…bon scénario, quel suspense, l’homme nu réussira t-il à remonter la tente, nous sommes dans l’attente du prochain épisode

    • Félicitations pour les milles bornes ! Comment vont les mollets? En tout cas vous avez l’air en forme! Merci pour vos récits et photos , c’est un pur bonheur de vous lire, svp continuez d’écrire pour nous faire partager votre aventure! Bisous et bonne route

  3. Quelle belle photo souriante de vous deux aux mille km. Bravo.
    Pas de photos de la tente qui s’envole sous l’orage. Dommage. Avez-vous moins chaud après l’orage

    Bises. Paulette

  4. Salut les jeunes, bravo pour vos 1000 km, Malo vérifie souvent notre direction avec la boussole que vous lui avez envoyé.
    De notre côté, nous devrions atteindre les 360km ce soir après avoir franchis la Loire hier.
    Et comme vous dites, le voyage est formidable avec toutes ces rencontres que l’on fait.
    Bisous de la fameuhly.

  5. Bravo et merci de nous faire partager ces 1000 premiers kilometres , on a l’impression que vous etes partis hier , non ?

    bon courage pour la suite …

  6. Moi aussi j’ai joué au mille borne, quand j’étais petit, il m’est même arrivé de gagner avec la carte « increvable » c’est ce que je vous souhaite.
    Merci pour ce blog.

  7. félicitations a vous pour les 1000 bornes bon courage a poople pour la suite et bonne continuation a vous des gros bisous de la Bretagne !!!!!!

  8. Bonjour les baroudeurs ! Merci pour toutes ces infos, c’est un vrai plaisir de vous suivre.
    comme Pople je vais essayer de vous emmener du côté de l’enfance..c’est un peu naïf..mais pourquoi pas !
    Mon 1er. Est un courroux ancien
    Mon 2ème. Est fille du 1er
    Mon 3ème Nous donne son ombre…pour pédaler ?
    Mon 4ème. Est la moitié d’un drôle de garçon
    Mon 5eme Peut servir mon 6eme ?
    Mon 6eme. Est un mur qui ne se franchit pas à vélo
    Mon 7eme À. Leur poids nous accable
    Mon 7eme B. Est le soupir désolé d’un inconditionnel du 7A
    Mon 8eme. Habille tout un chacun
    Mon 9ème Le gros est toujours souhaité

    Mon tout. Est une phrase que de curieux personnages vivant lovés, couchés…DANS leurs vélos essaient de nous faire admettre, nous qui ne savions que « pédaler À bicyclette, en mettant parfois pied a terre derrière Paulette ……coucou Paulette, c’est toi qui a le mot de la fin !
    Bises. Evelyne

  9. Nous lisons vôtre aventure avec beaucoup d’intérêt et nous vous envions quelque part !! Quelle belle expérience ! Bonne continuation et Bon Vent Pierre Lemoine

    • Katy

      Félicitations et merci de nous faire vivre votre aventure que je lis avec plaisir , bon courage pour les kms à venir .

      Bizzzz à vous deux .

    • mille km !!!!
      comme ça passe vite . mous rentrons d’ italie et la premiere chose après !!le lavage du linge le rengement des valises !! c ‘est de regarder si j avais des nws de votre voyage !!!
      a mon avis !! vu de nez comme ça !! joel n’ a plus de rasoir !!!!
      mais au moins il a pris un bain !!
      merci pour ces beau voyages !!
      bisous a vous sans oublier pople !!!

  10. Les mille premiers kilomètres sont surement les plus difficiles à parcourir, car ils sont un saut dans l’inconnu. Être tant en forme et souriants que vous l’êtes à ce moment de l’aventure laisse présager une suite bien favorable.

    Pour nous, attachés à nos écrans, c’est aussi le début d’une aventure qui s’annonce formidable : celle de vous suivre dans votre prochain tour du monde…

    Beaux rêves, bonne route, beau temps et bon courage pour la suite des événements.
    Amicalement

  11. Le mystère est enfin levé « en plein dans le mille »

    Je me souviens que le premier astronaute américain était parti dans l’espace avec un ours en peluche… Comme dans toute grande aventure humaine (dont les motivations profondes ou rationnelles restent un mystère pour ceux qui en sont les héros – puisqu’il faut être un peu fou!), il y a donc un prétexte!

    C’était donc pour faire prendre l’air à un pople et dans la plus grande impunité (les parents ont souvent de bonnes raisons de l »interdire : « il va se salir, le chien va jouer avec, tu vas prendre froid, te le faire voler, etc…. ». Me voilà rassuré.

    Cela me rappelle un reportage au sujet d’un nain de jardin qui avait laissé un mot à son propriétaire pour dire qu’il partait en vacances et envoyait des cartes où il se faisait photographier dans les 4 coins de la planète pour revenir quelques semaines après à son emplacement initial.

    C’était sans doute le désir du pople et vous l’avez ressenti

    Bien joué : inutile de faire un tel périple si l’on n’accueille pas les événements avec l’âme de l’enfant qui est en soi (autrement on doit craquer!)…

    Allez-vous relancer la mode du Popaul? Allons z’enfants…. (le reste de la chanson, vous la connaissez)

    Merci pour vos récits captivants

    Bises

Laissez nous un commentaire (on aime bien !)