Pourquoi ?

Quelle drôle de question ! Partir autour du monde, c’est devenu pour nous une évidence. Voici pourquoi, en vrac et dans le désordre :

  • Pour en finir avec la frustration des séjours trop rapides, même si nous avons eu la chance de partir jusqu’à cinq semaines consécutives (en Australie). Cela nous a permis d’avoir un aperçu des pays, mais surtout d’avoir très envie d’y revenir en prenant notre temps.
  • Pour accomplir maintenant ce que nous n’avons pu faire étant jeunes, et que nous ne pourrons plus faire plus tard.
  • Pour vraiment découvrir les régions, les pays et les gens, sans être limités aux lieux touristiques, aux sites les plus connus et aux hébergements destinés aux étrangers.
  • Pour se lancer un énorme défi, voir si on est cap’ !
  • Pour engranger des tas de souvenirs fabuleux qu’on ressassera quand on ne sera plus capables de bouger de notre fauteuil.
  • Parce qu’on considère que les frontières les plus infranchissables sont dans nos têtes, celles qui nous limitent dans nos envies et brident notre soif de découvertes.

Mais ce n’est surtout pas:

  • Raisonnable… Ah ça non, mais justement c’est ce qui nous plait.
  • Simple : Le nombre de problèmes à régler avant de partir est impressionnant, alors si on voulait faire simple on resterait en pantoufles près de la cheminée.
  • Facile : On s’attend à plein de galères, des pistes impraticables, des heures à pédaler sous la pluie ou dans le froid (ou les deux en même temps), un confort très relatif dans la tente minuscule parfois plantée dans des endroits fort inhospitaliers, une hygiène parfois approximative, des moments de découragement, et toutes autres sortes de joyeusetés du même acabit.

Tout ceci fait que ce qui pourrait ressembler à un cauchemar pour certains est un superbe projet pour nous.

Et au fil des mois, notre expérience conforte nos espérances, ce mode de voyage est un ravissement de chaque jour, non seulement on ne s’en lasse pas mais on en redemande…

 

6 Commentaires judicieux

  1. Tout à fait d’accord avec vous!
    Quand on a envie de faire et qu’on trouve les moyens pour, faut y aller!
    Parole de Nanou assise dans son siège devant son écran avec le chauffage central par temps de pluie en bretagne (banal quoi!)
    Régalez-vous, autant à préparer qu’à en causer qu’à voyager. Car votre voyage a déjà commencé quand on vous entend.
    Connaissez-vous http: //www.servas-france.org/

  2. Bravo pour ce projet et Bonne route ! Et merci de nous permettre de partager votre aventure !
    Fabienne
    (Je suis celle qui cherchait un vélo l’an dernier lors de la vélorizoNormandie ! Bon je n’ai pas eu celui d’Irène mais j’ai trouvé un Lynx depuis)

    • Fantastique, fantastique… Pas tant que ça, on ne fait rien d’exceptionnel, si ce n’est se faire plaisir en allant pédaler de par le monde et y passer d’excellents moments.
      Que tous ceux qui en ont envie puissent passer à l’acte, c’est tout le mal qu’on leur souhaite. La plus grosse difficulté à franchir ne sera pas un col mais une décision à prendre : PARTIR. Après, ça roule tout seul, que du bonheur !

Laissez nous un commentaire (on aime bien !)