PSUGLI : Le plaisir est dans la tente

Tiens ça faisait longtemps que vous n’aviez pas eu droit à un Petit SUpplément Gratuit Luxueusement Illustré. C’est l’avantage des typhons, ça laisse du temps pour écrire…


Pour (presque) tout le monde, camping = vacances. Pour nous, c’est toute l’année, la majorité du temps puisque nous dormons sous la tente bien plus souvent que sous un toit. Autant dire qu’on a l’habitude de vivre en plein air, ce qui est fort agréable.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Chaque matin, sauf si on ne change pas de lieu, on range toute notre fourbi dans les sacoches puis on plie la tente. Ça nous prend environ une heure et demi, petit-déjeuner inclus, et ce temps est difficilement compressible, même si on voulait se presser on n’irait guère plus vite. Comme on ne trimballe ni micro-ondes ni bouilloire électrique, il faut allumer le réchaud, et pendant qu’il fait son bruit d’avion à réaction pour faire chauffer l’eau on a le temps d’installer nos merveilleux sièges pliants et préparer les tartines.

Depuis que nous sommes au Japon, après les nuits pluvieuses, il nous faut régulièrement l’essuyer le matin et la faire sécher au soleil (quand il y en a) dans la journée ou sous un abri, et ça n’est pas toujours évident.

A l’arrivée à l’étape suivante, que ce soit camping ou bivouac, le protocole est immuable : En premier lieu monter la tente et installer le couchage. Ensuite on peut aller se balader dans le coin, bouquiner ou écrire, jouer à un de nos trois jeux de société ou discuter avec les gens s’il y en a, se baigner ou ne rien faire (là ça fait très vacances classiques). De temps en temps souvent il y a la lessive à faire, ça se fait dans la petite bassine en toile dans laquelle l’eau vire vite à une couleur grise du meilleur effet. On s’y colle tous les deux, Irène refuse d’être la mère Denis  !!!  Coté séchage, ça ne dure généralement pas longtemps et si certains articles sont encore humides le lendemain matin ils sècheront en route sur les vélos (il y a un fil à linge dans la tente, mais on s’en sert surtout pour les serviettes de toilette (car on se lave aussi, si si !), et l’idée de rouler avec un fil à linge tendu entre les deux vélos a été vite abandonnée, on se demande bien pourquoi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour le dîner, quand c’est possible on fait un feu de camp, (un seul depuis notre arrivée au Japon) ce qui a deux avantages : On peut cuire notre dîner dessus, ça prend un délicieux goût de fumée, et on traine autour du feu quand la nuit vient, c’est super romantique. A la suite de quoi tout exhale une persistante odeur de fumée, à commencer par nous-mêmes, dommage que ça ne suffise pas à éloigner les moustiques.

La toile de tente a subit des dommages dus aux flammèches qui se sont envolées, ça c’était en Australie, un retour de vent brutal et des petits trous qui ont été réparés quand nous sommes restés sur Perth. Maintenant elle a des rustines un peu partout, ça fait carrément baroudeurs qui rafistolent leur vieux matos. Pourtant les fermetures éclairs de la chambre font un peu la tête de temps à autre, elles se séparent. On a pris conseil auprès de Pierre (de chez Hilleberg) qui nous a dit de resserrer les curseurs avec une pince mais on n’ose pas le faire de peur de les endommager parce que les deux cotés sont atteints !!! Alors on a fouillé sur internet et trouvé un truc de grand mère : passer de la cire de bougie sur la fermeture pour la faire glisser facilement. On peut dire que ça fonctionne, même si parfois ça déconne quand même, on les manipule donc avec douceur….

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre « petite » tente 3 places tient le coup même si elle a perdu de sa superbe couleur verte, le soleil l’a quand même bien fait pâlir. La pluie s’infiltre dans les absides au niveau des coutures des arceaux et des fenêtres d’aération, faudrait peut être y passer un produit imperméabilisant, mais ça ne marche pas sur une toile « siliconée ».  On fait gaffe à bien fermer nos sacoches le soir parce qu’il est arrivé que l’eau soit tombée à l’intérieur de la sacoche « réserve épicerie » on a failli avoir des champignons à pousser quand on s’en est aperçu quelques jours plus tard ! (d’un autre coté, c’est bon les champignons !)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce petit aparté sur notre vie sous tente pour rassurer certains d’entre vous, pour ne nommer que Bernard, Anne Mary ou Michel qui se posent des questions sur le matos.

Il en est de même pour la musique que nous n’avons pas oubliée bien sûr. Nous n’en écoutons pas quand nous sommes sur nos vélos, sommes pas trop pour avoir des trucs qui nous rentrent dans les conduits auditifs (déjà qu’Irène est à moitié sourde !) suite à son travail passé auprès de personnes sourdes justement…..(:)) Nous avons emporté un petit haut parleur et stocké la musique sur un des 2 téléphones portables. Quand c’est possible on en profite au bivouac.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alors, elle est pas belle la vie de campeurs ?


CADEAU Bonus

Voilà un petit supplément en images du Japon :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

14 Commentaires judicieux

  1. ah vous me réconfortez 🙂 j’ai toujours l’impression de trainer le matin quand je remballe il me faut aussi 1h 30 !! Et combien pèse la tente avec ses rustines? Sur quel vélo voyage t’elle?

    • Ah Steph, on te reconnait bien là, bon, puisque maintenant il y a des rustines en plus, c’est Joël qui s’y colle car c’est lui qui avait planté la tente trop près du feu et même qu’il a fait le feu trop près de la tente sans regarder d’ou venait le vent !!! elle pèse 4kg et demi ça vaut bien ça le confort non ? Irène

      N’importe quoi ! Je la trimballe depuis le début, quand elle n’avait ni trous ni rustines. Et c’est facile de dire que c’est pas lourd quand on ne se la coltine pas… Joël

      Et c’est moi qui trimballe la bouffe et Joël mange beaucoup !!! (:))) Irène

      Et moi je trimballe le réchaud et la popote sans lesquels la bouffe serait crue :-(. Joël

      Et bien sûr moi je n’ai que ma trousse à maquillage c’est une évidence tiens donc…..(:))) Irène

  2. Un typhon font font…. ! Et voilà un p’tit supplément sur vos conditions d’hébergement sous tente….Et si souhaitez poursuivre cette aventure au sec sans champignons entre les orteils, il va falloir réinvestir… 😁 Lol 😁
    Je vous fais pleins de bisous

    • J’ai investi dans un flacon d’huile essentielle de tea tree contre les choses qui risquent de se coller entre les orteils mais qu’on ne mange pas …….c’est bien moins cher et beaucoup plus léger (:)) Irène

  3. Pour la tente vous pouvez essayer de passer au pinceau un mélange silicone transparent ( pour joint de baignoire) et white spirit voir site henry Shire ou MUL.
    Nous l’avons testé pour réparer une déchirure provoquée par le sabot d’un chevreuil qui s’essayait de nuit au saut d’obstacle par dessus notre tente mais a visé un peu juste.
    On a aussi badigeonné toutes les coutures de notre tarptent de marche à pied.
    Bien laisser sécher , autrement cela colle. Difficile dans l’humidité du Japon.
    Gérard et Vélonique

    • Merci les plombiers pour ce tuyau. Ça tombe bien, il nous reste du joint de baignoire, on va le retrouver au fond d’une sacoche 😉
      En fait, on a un petit tube de « Silnet » fait exprès pour les toiles siliconées, il a déjà bien servi pour les rustines mais on va en mettre un coup aux coutures des absides quand on sera dans un coin moins humide. Là en plein cyclone, ce n’est pas trop le moment, déjà que c’est galère pour sécher le linge…

  4. Bonjour à vous et aux suiveurs!
    Impressionné par votre équipement »Pliable »Je pense à la table…et le poids dans tout ça..quelle organisation..une véritable Entreprise..; »management et logistique  »
    Merci pour ce reportage !Bernard Sayonara

    • Oui mais non : On ne trimballe pas de table, quand on en trouve une on l’adopte provisoirement (surtout si elle est en béton).
      Le poids du fourbi, bouffe comprise, est d’environ 40 kg pour Joël et 30 kg pour Irène. Sans compter l’eau, mais c’est rare qu’on ait besoin de plus de deux litres chacun.

  5. Merci pour vos retours d’expérience, ça donne vraiment envie ! Quoi ? Et ben le tour du monde, le camping qu’on adore (mais surtout par temps sec ) . Pour les fermetures éclaires on utilise aussi un pain de savon que l’on frotte le long du zip pour en faciliter l’ouverture et la fermeture . Continuer à profiter c’est un plaisir de vous lire . Myriam et Arnaud

  6. Coucou les voyageurs
    Wouah super ce résumé de votre vie en camping sauvage , bon franchement je vous admire mais moi je suis trop chochote , l’humidité , dormir parterre ‘ presque) …lolllll….même un bel homme ours pour me réchauffée non merci ( je dis pas que Joel est ours …..lollllllllllllll)……….et puis mon maquillage et douche …bref…….une suis pas aventureuse du tout ma fille me ressemble pas ….lolllll….D’ailleurs il y a une grosse araignée quand je suis arrivée chez mes petits , j’étais dans tout mes états , on l’a aspiré , je sais il faut les gardée vivantes mais la passer la journée avec ce truc c’est au dessus de mes forces ….. Bon aller assez discutée a la suite …..
    Bisous
    Lili

  7. Un petit coucou de Porto ou nous prenons le temps de vous lire .belles photos et expériences à déguster
    Vous ne semblez pas croisés beaucoup de cyclosvoyageurs..
    Profitez bien …

Laissez nous un commentaire (on aime bien !)