PSUGLI Rouler au Japon

Ce Petit Supplément Gratuit Luxueusement Illustré deviendra rapidement incontournable pour quiconque envisage de venir rouler sa bosse au Japon. En effet, l’essentiel de vos trajets se fera sur des roues et vous allez voir que dans ce pays tout est fait pour que ça tourne rond.

Bien qu’on y arrive généralement en avion et que cet engin roule un peu, on ne va pas en parler, par contre nous allons parler de trains, motos, voitures, carsbus, camping cars et évidemment vélos (le moyen de locomotion idéal, comme vous le savez).


Les trains

Avec un réseau à peine aussi long que celui de la France, le Japon réussit à assurer plus de vingt milliards de trajets par an, contre un milliard en France. Des trains, il y en a partout, depuis les lignes rapides des shinkansen jusqu’aux innombrables petits trains locaux qu’on voit partout, y compris dans les plus improbables zones rurales bien paumées.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quels qu’ils soient, les trains sont propres, confortables et toujours à l’heure. Sur une année, la moyenne des retards des shinkansen est de vingt secondes ! Et si le train part en avance de quelques secondes, la compagnie s’excuse. De quoi faire rêver les usagers de la SNCF…

Les motos

Au pays des Kawasaki, Honda, Suzuki, Yamaha, Sapetoku et autres, on s’étonne ne ne pas voir plus de motards sur les routes. Il y a sans doute bien plus de motos exportées par les constructeurs nippons que d’utilisées localement. Les Kawasaki rouges à chenilles ne semblent pas destinées à l’export.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A noter qu’alors que les motos japonaises sont remarquablement silencieuses, on entend distinctement le boucan des Harley qui ont leurs aficionados, comme quoi la culture américaine n’est pas représentée ici uniquement par Mc Donalds. Accessoirement, on se dit que même lorsque toutes les motos seront devenues électriques, Harley Davidson réussira sûrement à les rendre bruyantes et fumantes, faute de quoi ils perdraient leurs clients.

Les ouatures

Avec 61 millions de voitures, le Japon se situe à peu près au même niveau que les pays européens, à savoir une voiture pour deux habitants. Mais il y a une grande différence : Ici ils ont compris depuis longtemps que ce n’est pas la taille qui compte.

La plupart des voitures sont toutes petites, avec un capot très court, ce qui est très malin ; au lieu de déplacer comme chez nous une tonne et demi de ferraille pour aller chercher un pain de 200 grammes à la boulangerie du coin, les Japonais utilisent des voitures légères pour les déplacements qu’ils ne peuvent faire en transports en commun ou à vélo. Même les pick-up 4×4 sont minuscules, c’est mignon.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bon, il y a quand même de rares exceptions, comme ces voitures au capot interminable ou avec une étagère un aileron « pour aller plus vite » alors que la vitesse est très limitée.

Les Lapin

Non, il n’y a pas de faute, on ne met pas de S à Lapin même quand il y en a plusieurs. C’est une marque de véhicules particulièrement astucieuse puisqu’elles carburent au jus de carotte et ne polluent pas, émettant juste de petites crottes rondes qui peuvent être utilisées pour faire du compost.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Si à 50 ans on a pas une Lapin on a quand même raté sa vie ! ». Cette phrase du célèbre maître Tseguela explique l’engouement pour un modèle très haut de gamme de cette petite voiture, nous n’avons pas pu en voir car leurs propriétaires les gardent jalousement dans un coffre à la banque, il s’agit de la Lapin Salinge qui a fait l’objet d’une chanson devenue culte :

Cars et bus

Il existe un réseau de cars assez développé, parait-il, mais on ne les a guère vus, en tout cas bien moins que les trains. Cependant sur les lieux très touristiques il y a bien sûr la ribambelle de cars de tourisme qui déposent leurs passagers pour une visite chronométrée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En ville, c’est tout le contraire de chez nous dans les bus : On monte par l’arrière et on paie au moment de descendre. En fait, c’est astucieux, ça évite la queue pour monter (éventuellement sous la pluie) et ça permet de payer le juste prix car il dépend de la distance parcourue.

Les camping cars

Ce paragraphe sera plutôt succinct car cette catégorie de véhicules est quasiment inexistante, on n’en a croisés que quelques uns, de taille fort réduite évidemment. Pas comme en Australie où on en voit partout et où ils sont énormes.

Les vélos

Voici le moyen de transport idéal selon nous, mais aussi selon les Japonais qui l’ont adopté en masse. Les vélos nommés mamachari sont très basiques mais bien équipés pour le transport avec au minimum un panier à l’avant et souvent un ou deux sièges enfants. Ils ont parfois de drôles de noms, mais si ça sonne français c’est forcément bien :

Partout en ville ça pédale allègrement, généralement sur les trottoirs parce que c’est non seulement autorisé mais souvent encouragé. Malgré les encombrements, on n’a vu que de rares collisions avec des piétons, et ça se passe de manière très zen, chacun s’excuse avec force courbettes et c’est reparti.

A noter un talent tout particulier des cyclistes japonais pour pédaler en tenant le parapluie et manipuler le smartphone, éventuellement les deux en même temps.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En dehors des villes, on ne voit plus guère de vélos, sauf dans les villages mais leur rayon d’action est très local. Il n’y a pas beaucoup d’hurluberlus ayant l’idée de sillonner le pays à vélo, pourtant il s’y prête bien comme nous allons le voir maintenant.

Les routes

Le réseau routier est en très bon état, les seules fois où nous avons dû rouler sur un goudron jonché de feuilles mortes étaient sur de minuscules routes de montagne sur lesquelles le trafic était anecdotique. Partout c’est nettoyé, entretenu, et en plus bien indiqué par des panneaux bilingues ou très explicites.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lorsqu’il y a des chantiers, ils sont super bien balisés et protégés. C’est tellement soigné qu’il y a même des types qui soufflent les feuilles mortes alors que c’est l’automne et qu’arrivés au bout de la route ils seront bons pour recommencer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les conducteurs sont remarquablement prudents, ceux des autres pays devraient s’en inspirer : Ils ne doublent que lorsqu’il y a largement la place, sinon ils attendent derrière sans le moindre signe d’impatience ; ils font très attention, lorsque qu’ils sont dans une intersection, aux éventuels piétons ou cyclistes qui voudraient traverser ; et ils ne klaxonnent pas, contrairement aux conducteurs indiens.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et le meilleur, le truc incroyable pour nous autres Français : Il n’y a pas de rond-points !

Les Playmobil

On en rencontre partout, de ces bonhommes en uniforme chargés de prévenir les automobilistes (et les cyclistes) dès qu’il y a la moindre esquisse de début de difficulté potentielle sur la route ; même un simple entretien des fossés est signalé par au moins deux Playmobil, et si c’est un chantier ils peuvent être plus nombreux que les ouvriers.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ça crée des emplois et parfois nous sommes d’autant plus contents de les rencontrer que dans des endroits où il ne passe quasiment personne notre venue leur fait une distraction.
Le comble, ils ont même des « vrais » Playmobil pour avertir des traversées d’enfants :

Tout, tout, tout, vous saurez tout

Des longs, des gros, des courts, des qui montent, des qui penchent, des droits, des tordus…
Non, il ne s’agit pas de la chanson de Pierre Perret mais d’un tout autre sujet, car au Japon il y en a beaucoup et on en traverse jusqu’à une quinzaine par jour : Les tunnels.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mieux vaut ne pas être tunnelophobe, ou alors il faut être bon en escalade parce qu’avec un pays si montagneux il n’y a guère le choix, même de petites routes très peu fréquentées (nos préférées) ont leurs tunnels. Pas de problème pour la sécurité, les conducteurs sont très prudents et ne doublent pas si c’est étroit, par contre c’est très pénible à cause du bruit, si vous n’avez jamais traversé à pieds ou à vélo un long tunnel vous ne pouvez pas imaginer.

Il y en a toutefois qui sont sympas, ce sont les (rares) tunnels à vélos, là au moins il n’y a pas de bruit. Le plus long qu’on ait traversé faisait deux kilomètres, c’est incroyable qu’ils se soient donné la peine de creuser un tel ouvrage pour un traffic aussi faible.


En conclusion : Rouler au Japon, c’est du tout bon !

13 Commentaires judicieux

  1. Je persiste et note … » Rouler surtout … à vélo au Japon, c’est pour les jam (gens) bons !  » Breton oblige !
    Bonne route …
    Bon vent ( mais peut être en êtes vous épargnés sous ces latitudes ) … Cheu nous, ça pousse fort ces temps derniers !
    Et non obstant un suivi immédiat des vos exploits, n’étant pas un forçat … par ailleurs et pas plus que de TF1 !!! ), je me délecte de votre voyage dans le temps qui m’est impartit pour vous suivre !

  2. Toujours aussi heureux de vous lire,je vous souhaite une année fertile en événements et merveilleux voyages cycliste, continuez à nous faire rêver, cela nous change du triste quotidien des informations télévisées.
    bonne route et bon vent (pas de face)

  3. Coucou les voyageurs
    je vous souhaite une très bonne année , la santée , une bonne continuation dans votre grand voyage ….je suis toujours la a vous suivre , je vais continuée …….
    ça fais révé de lire que dans des pays les gens sont disciplinés , pas comme en France ou personnes respecte plus personnes , quand je marche dans la rue avec mon neveu handicapé personne ne bouge pour nous laissez passer ……heureusement en France il y a de beaux paysages ça rattrape le reste les villes j’y vais pas …….
    A bientôt
    Bisous
    Lili

  4. Bonjour les cousins,
    J’ai besoin de beaucoup plus de détails sur la voiture qui fait des crottes!
    Merci pour ce supplément. J’ai la chanson lapin Salinge dans la tête… c’est malin!
    Je vous embrasse bien fort.
    La cousine

  5. Bonjour;
    Belle Année à toute et à Tous
    Bonne route 2018
    Que certains rêves se réalisent!
    D’autre part très bon reportage sur le thème de la route…A propos le casque n’est pas obligatoire à vélo!!!
    Magnifique Japon…des exemples à suivre.
    Bisous 2018 de la Charente-maritime.
    Sayonara

  6. Superbe, merci pour ces infos qui donnent fort envie de venir rouler au Japon et qui changent de ce qu’en disent nos médias franchouillards.
    Quel beau pays, et l’on peut s’inspirer du respect japonais.
    Excellente année vélocipédique à vous deux, vous êtes des as du vélo.
    Christian

  7. On croit rêver en lisant la façon dont les japonais circulent à vélo en ville.
    A Rambouillet, le maire a décidé de sévir contre les cyclistes qui roulent à contre sens dans les zones 30 : 135 euros d’amende.

    Les «plombiers »

  8. Encore merci pour ces belles évasions que vous me donnez par vos photos, vos commentaires etc…
    Les voitures sont petites mais…. les habitants …. aussi !!!??? Heu pardon j’écris des bêtises.

    Mille gros bisous accompagnés de mes vœux pour la réalisation de tous vos désirs pour 2018.
    Mamie Nicole.

  9. Epoustouflant ! Merci pour ce voyage à domicile (pour nous). Un petit 1000 bornes en France en novembre m’a donné des fourmis dans les jambes, je vous envie… Mais, dites-moi, pour vous orienter vous utilisez donc OsmAnd ? Rien que OsmAnd, mais alors sur quel support, une tablette ? Je serais très intéressé de connaître votre réponse.
    Bonne continuation. On parlera sûrement de vous au prochain festival « Cyclo Camping International » dans 10 jours.

  10. Article bien fourni en infos et qui donne envie d’aller visiter à vélo ce pays unique,le dépaysement étant garanti à coup sûr, tout comme l ‘Inde, mais diamétralement opposé à priori !
    Quelle prochaine destination pour nous faire découvrir vos nouvelles aventures et articles ?
    Au plaisir de vous croiser les voisins.
    Laurent et Cathy

Laissez nous un commentaire (on aime bien !)