Bonne année !

Non non, nous ne sommes pas en retard de plus d’un mois pour vous souhaiter une bonne année ! Ici en Thaïlande on fête aussi le nouvel an chinois, et c’est le 25 janvier que ça se passe. Sauf que si les chinois fêtent l’année 4718, ici nous sommes en l’an 2563 depuis le 1° janvier. Nous sommes donc dans le futur, qui n’a pas l’air si différent du présent, peut-être le temps s’est-il arrêté et allons nous rester indéfiniment ici (sans vieillir, ça va de soit).


Nakhon Sawan, ville providentielle

Avec le légendaire sens de l’organisation qui nous caractérise, nous allons réussir un exploit. Mais pour cela, il va nous falloir prendre le train, ce qui est toujours une expérience intéressante. Accessoirement, ça va nous permettre de zapper 200 km qui s’annonçaient peu passionnants.

A la gare, c’est un peu folklo : On ne peut réserver les billets, ceux-ci n’étant en vente que 20 mn avant le départ théorique du train, et la nana du guichet bagages nous fait un coup de calcaire, elle refuse qu’on parte avec 3 vélos dans le même train. Contrairement à son collègue qui pionce allègrement sur son bureau, elle fait de l’excès de zèle et se montre inflexible. En fait, comme on s’en doutait, il y avait largement assez de place dans le fourgon à bagages, on aurait pu y faire entrer un éléphant(eau). Mais bon, c’est comme ça, nous partirons dans deux trains différents, le tandem et ses passagers suivront de quelques heures les Cyclomigrateurs.
La balance de la gare se montre inflexible elle aussi, on peut mesurer les effets des mois passés en Bretagne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après un retard d’une demi heure qui semble normale, le tortillard arrive enfin. A bord, c’est plutôt cool, les vendeurs de boissons et de nourriture circulent au milieu des sièges, le train s’arrête à toutes les pissotières, on a le temps de regarder le paysage. Nous nous sommes installés dans le coin réservé aux moines, avec la bénédiction du contrôleur. Nous savons qu’il ne faut pas s’asseoir à cote de lui sans sa permission (surtout les femmes !) On reviendra plus tard sur les tabous et coutumes qui entourent les moines.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous voici donc arrivés à Nakhon Sawan, ville à priori sans grand intérêt mais qui va tout de même se révéler être une belle opportunité puisque s’y tient une magnifique fête à l’occasion du nouvel an chinois. Heureusement que notre hôte nous en a parlé, sinon on n’en aurait rien su malgré les affiches en ville, qu’évidemment on n’a pas comprises.

Et comme ledit nouvel an tombe pile poil le jour de l’anniversaire d’Irène, vous pouvez constater qu’on a bel et bien réussi un exploit : Arriver à cumuler l’improbable pour aboutir à une situation fort réjouissante. La chance n’a évidemment rien à voir là dedans, ce n’est que du talent !

Le rat de métal

Cette nouvelle année est placée sous le signe du rat de métal, on se demande un peu à quoi peut bien ressembler cette bestiole là. Elle doit d’avantage craindre la rouille que les virus.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre chambre est fort éloignée du lieu des festivités, alors on commande un « tuk-tuk » qui nous fait parcourir les cinq kilomètres sans fatigue. Il nous dépose à l’entrée d’une des portes de la ville où règne déjà une ambiance de fête sous les couleurs rouges affichées joyeusement par la population, signe de la vitalité, de chance et de fortune. Le clou du spectacle se situe sur les berges de la rivière Ping où une grande scène a été dressée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nakhon Sawan est l’une des villes de Thailande où les festivités du nouvel an sont le plus courues, nous ne le savions pas. On va passer une soirée mieux qu’au Lido ou aux Folies Bergères (le french cancan en moins). Du grand spectacle avec des costumes à paillettes époustouflants , des couleurs extraordinaires, des maquillages parfaits et de la grâce, de la grâce et de la grâce encore.

Ce sont les enfants qui vont démarrer leurs chorégraphies, ils sont adorables, à croquer, divinement beaux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pas si simple cependant d’en faire de belles images, il y a foule et nous sommes dans les gradins, néanmoins Irène va réussir à se faufiler et en grappiller quelques unes. Nous avons eu droit également à une danse d’une grâce exceptionnelle, toute en langue des signes. Irène n’en revient pas, ils signent français ? Mais non c’est bien la TSL qui est inspirée de la langue des signes américaine. Pourtant quand un peu plus tard nous allons rencontrer des danseurs c’est tout naturellement que les échanges se font en signes, incroyable…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les rues sont animées de danseurs et de groupes de musique qui se produisent en petits groupes, ils ont un succès fous et bien sûr des selfies en veux tu en voilà. Ca nous fait penser que nous ne nous prenons pas suffisamment en photos tous les deux, il va falloir remédier à la chose.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pas de droit à l’image ici, tout le monde se photographie, et nous posons volontiers à notre tour quand on nous le demande, un juste retour des choses. Par contre nous n’avons pas vraiment la tenue de fête qui va bien. Là où les coiffures et les visages des femmes sont ravissants, les toilettes élégantes, nous n’avons que nos tenues du soir de voyageurs c’est à dire T-shirts et pantalons… C’est sans doute pour cela qu’ils nous demandent une photo !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

C’est pas tout ça mais la route ça creuse et notre estomac crie famine, attirés par une délicieuse odeur reconnaissable entre toutes : Des gyozas !!!! Ces petits raviolis découverts au Japon farcis de viande de porc ou de poulet aux légumes. Ils feront notre repas de ce soir quand un tuk-tuk nous aura ramené à bon port.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous savons que nos deux compère tandemistes ont arrivés, leur monture est devant leur chambre, ils doivent dormir, ils n’auront pas eu droit aux festivités, le train les aura déposés à la nuit à 10 kilomètres de là.

Demain on reprend la route, au lit !

Print Friendly, PDF & Email

6 Commentaires judicieux

  1. Bon, je vais mettre , j’espère, tout le monde d’accord. Le temps 0 c’est le démarrage de l(univers, soit la date du big bang! Actuellement nous sommes dans l’année: 13,787 ± 0,020 milliards d’années. Ce n’est pas très précis, mais c’est difficile d’avoir mieux…. Bonne année!

  2. Bonsoir..Bien aimé le commentaire en particulier de GG..il va falloir créer un grand calendrier …
    Pour Irène et Joêl …ils prennent le TVB ..le « Tout Va Bien  »
    Magie du voyage …
    Merci

Laissez nous un commentaire (on aime bien !)