STOP !

Ça y est, c’est décidé, on arrête. Bouger tout le temps c’est bien, mais vient un moment où on a envie de se poser. Et se reposer. Une grande pause s’impose. Ça ne s’est pas décidé d’un seul coup comme ça, un matin en sortant de la tente, on y pensait depuis des mois mais sans l’envisager concrètement. C’est Compostelle qui a précipité les choses.

Saint Jacques de Compostelle

« Où cours je, où vais je, dans quel état j’erre ? », telles sont les questions qu’on peut se poser en ce lieu si spécial où se rejoignent des pèlerins de toutes origines. Si la plupart sont venus à pieds, à vélo le principe est le même, aller à la rencontre de soi même. Ce fut donc l’occasion d’une intense réflexion. Avec trois possibilités à la clé : Rentrer à la maison et reprendre notre vie comme avant, continuer le voyage vers de nouveaux pays, ou s’arrêter quelque part et s’y installer.

Rentrer à la maison

C’est évidemment ce qu’on envisageait, ce n’est pas par hasard si au lieu d’aller en Amérique du Sud après le Mexique nous avons choisi d’aller à Cuba puis au Portugal et remonter vers le nord.

L’idée était de retrouver notre maison et d’ailleurs tout se mettait bien en place pour ça, notre locataire a trouvé un autre lieu de villégiature, c’est parfait. Mais pouvons nous encore adopter une vie sédentaire ?
Acheter une voiture, aller faire ses courses chez Leclerc, regarder le journal de 13h avec Jean-Pierre Pernaut, lire Ouest-Transe, recevoir des factures et des prospectus, avoir des clés, des problèmes, des peaux blêmes, se réveiller chaque matin au même endroit alors qu’on avait l’horizon pour maison, avoir un agenda alors qu’on n’avait que les saisons pour nous guider…
Pire encore : Retrouver la tondeuse à gazon, l’aspirateur, le percepteur, le téléviseur, le congélateur, l’assureur, les râleurs, quelle horreur ! (Ne manquerait plus qu’un raton laveur).

D’un autre côté, on retrouverait la famille et les amis, et ça c’est très tentant, il faut le reconnaître. Les galettes saucisses surtout aussi, d’ailleurs.

Continuer le voyage

Toujours en contact avec d’autres cyclovoyageurs qui parcourent le monde, nous avons envie d’aller là où ils sont, leurs récits font rêver. Nous n’avons pas mis les roues en Amérique du Sud, en Asie du sud-est, en Mongolie, en Afrique, toutes destinations qui nous font saliver.

Nous avons la chance d’avoir encore une bonne santé, d’être plutôt en forme, ceci sans doute grâce à la vie en plein air et l’activité physique. Alors profitons en avant que ça ne coince quelque part et qu’on ne puisse plus le faire. Depuis l’Espagne on peut prendre un bateau pour l’Afrique, c’est bigrement tentant.

Se poser

Ne sachant choisir entre STOP en ENCORE, on sentait bien qu’il nous fallait du temps et, curieusement, la décision a été facile à prendre, il fallait juste qu’on trouve le lieu qui convient. Ce lieu, on l’a trouvé et ce ne sera pas une surprise pour nos lecteurs puisque nous l’avions déjà évoqué en titre d’un de nos articles il y a plusieurs mois : « Noël à La Havane, Pâques aux Rabanes ». Personne n’a alors demandé où sont les Rabanes, eh bien vous allez le savoir maintenant. Il s’agit en fait du petit village de Rabanal del Camino, en Castille-et-León.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est une halte sur le Camino francés du Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, ainsi nous pourrons recevoir les pèlerins qui voudraient se reposer un peu dans notre lieu de retraite. Vous êtes les bienvenus, on vous attend tranquillement. On passera moins de temps à écrire, plus à lire.

Et tant pis pour tout ce que nous avions prévu en France ce printemps, ce sera pour plus tard. Sans doute ferons nous un saut cet été pour une occasion spéciale, avant de revenir à Rabanal, à moins qu’on ne reprenne le voyage d’ici là… Tout est encore possible… Ne soyez pas tristes…

Print Friendly, PDF & Email

30 Commentaires judicieux

  1. 🐠 d’ avril très crédible …. tout comme l’ incursion en Corée du Nord d’ ailleurs ! Que d’ imagination : d’emblée on marche ….Ceci dit ça serait sympa d’ aller vous voir là-bas !
    Bises à vous 2

  2. Ha ha ha bien vu, hâte de faire escale dans votre repaire de Cabanal truc, oups ça a l’air d’être au milieu de nulle part… vous allez vous ennuyer dans ce trou…. non décidément ça ne colle pas avec votre dynamisme et votre élan. Merci pour la rigolade de ce lundi matin, bizz AnnMary . PS :10 cm de neige sur Rennes ce matin !

  3. Oh, il est un peu gros ce poisson…
    Annoncer une pareille décision un jour comme celui-là ? Comme si on allait vous croire !

    Alors, le voyage continue, on reste avec vous.
    Bonne route vers Compostelle.

  4. Il est grand temps de rentrer car ici tout à changé. Tout est robotisé, on ne doit même plus pédaler, ni pousser dans les montés. Râler qu’est ce que cela veut dire?
    Et du soleil en hiver!
    Impatient de lire encore et encore…et rire encore encore…

  5. Ah!Ah!ce serait y pas un poisson d’avril ! Maintenant encore quelques coups de pédales et retour à la casa….va falloir mettre tout ça dans un magnifique film, faire des conférences…. Poursuivre votre voyage autrement ….bisous

  6. Même si c’est un poisson d’avril c’est quand même un beau projet.
    S’arrêter c’est bien aussi pour mieux repartir. Toujours aussi belles les photos et sympas les commentaires.
    A bientôt pour a suite car j’imagine qu’il y en aura une.
    Continuez à ne rien lâcher.
    Jeffry

  7. Article le 1 avril ???? Bon alors vous êtes ou les infatiguable voyageurs, aller cool quand même pour duré…. Lolllll Je vais dans les vosges fin avril, je connais pas, en France on tellement de beau coin, les Alpes, la Drôme j’adore les petits village, bien sur le monde est beau, notre terre est belle dommage qu’on en prenne pas soins…. .Bisous a vous 2….. Lili

  8. Hello Irène, Hello Joël ! Hello tous !
    Eh bien moi, dans ma grande (abyssale) naïveté, j’y crois à votre retour. D’ailleurs, de certains autres commentateurs, plusieurs, me semble t-il ne savent que penser réellement. Comme c’est amené en effet, je retiens ces quelques mots,  » n’aller au fond qu’à la rencontre de soi même » ou quelque chose du genre. Figurez-vous que dans ma petite vie bassement ordinaire, sédentaire si ennuyeuse (LOL pas tout à fait, voyez plus loin), je reçois régulièrement vos mails m’annonçant vos nouvelles débauches ça où là sur planète Terre. Eh bien, je n’arrive pas à (vous) suivre ! Vrai, il y a beaucoup d’articles que je n’ai pas pris le temps d’ouvrir ! Le temps une excuse ? Mauvaise pioche évidemment. Au fond je vous le dis entre nous, ne le répétez pas, moi qui ai mon 2 roues, monté de toutes pièces fin 2017, début 2018 (qui trépigne d’impatience) je suis un peu jaloux de vous. Et pour ne pas l’être plus je squizzais vos articles. Mais plus encore, presque plus sérieusement dirai-je, aller à la rencontre de soi-même, voilà qui m’interpelle ! Dans nos âges (suis né en ..57) est-il besoin aussi en roulant à vélo de témoigner pour aller à la rencontre de soi-même ? N’est-il pas même un peu contre productif pour se rencontrer soi ? C’est une question. Les deux ne sont pas incompatibles vous entends-je dire. Michel, ancien collègue, un ami, et fou de vélo de course, s’est offert un cheval de trait et le voilà comme vous débarqué ailleurs, en Australie. Il a créé son site : https://pedalesdouces.wordpress.com/
    Dois-je moi aussi faire mon site avant de partir ? Je ne suis pas certain d’en avoir envie. Mais, chers amis !, moi aussi je suis parti (dans le temps jadis, un voyage au Chili) et récemment même, tout en restant sur place ! Ha ha ! Oui, un voyage, une aventure comme vous ne l’avez pas vécue celle là avec vos compagnons, je me suis acheté une maison ! Depuis juin 2018, je convoitais une maison (un rêve) en bois et paille dans un lotissement en « Habitat Participatif » avec une maison commune, une éthique éco-responsable et tout le tralala. Après moultes bosses administratives et argentesques, me voici depuis mars en pentes douces dans l’escalier avec un rouleau de peinture dans la main gauche, un pinceau dans la main droite. Voilà mon périple à moi ces temps-ci pour …me trouver. Si bien donc, irai-je aussi loin que vous ? Je ne sais pas encore, mais sûr, si vous êtes quelque part, aller vous trouver (avec Cool bien sûr) pour trinquer à LaViequellestbelle, tout à fait partant même si c’est à la ville d’avril premier !
    Et bien sûr, vous êtes les bienvenus en Normandie (c’est sur la route de Bretagne ça la Normandie, hum… ?). Allez, croyez bien, on est quoique j’en dise sur la même longueur d’Ondes… La Bizh à vous deux sacrés Farçoteurs !

  9. Non
    Non et non
    Vous m’avez lancée un défi par carte postale et je viens d’acheter un vélo couché, pour le relever.
    Et c’est là maintenant que vous jettez l’éponge dans la pampa española ….
    Ben non alors !
    Et les côtes bretonne à vos côtés j’y ai cru moi !

  10. Est-ce un « à tire d’ailes »la rentrée . ou comme les hirondelles qui font le printemps!!hi
    Bonne route

  11. Vous poser oui, mais où
    A chaque fois que vous quittez un pays, votre récit se termine toujours par «  faudra qu’on revienne »
    Lequel ? Probablement un pays poissonneux !

  12. Et vos vélos, qu’est-ce qu’ils en pensent, finir dans un garage de retraite avec pour seul horizon toujours le même mur.
    Et puis viendra l’arthrose dans la direction ou les rhumatismes dans les suspensions, les pneus tout raplapla
    Pour leurs éviter cette fin affreuse, je suis prête à les accueillir pour leurs offrir une nouvelle jeunesse ( ces biens connu, les voyages forment la jeunesse) , en Europe pour commencer puis en Amérique du Sud

  13. Mince, on va pas pouvois se voir à votre retour 😟
    Vous nous avez donné envie de voyage et nous partons aujourd’hui même pédaler sur la face cachée de la lune 🌚
    Merci en tout cas pour vos magnifiques photos er vos reportages toujours drôles et instructifs.
    Gros bisous

  14. Ou bien est-ce une ruse de poster ça un premier avril pour nous faire croire à un poisson ? Et si c’était vrai… je n’y crois pas vraiment mais si c’était le cas on y perdrait ,vos mails sont toujours une surprise et un plaisir, merci pour vos magnifiques photos et les commentaires drôles et instructifs !

  15. Oh la la ça fonctionne vos blagues !! Qué de réponses !! Bon à bientot quand même car l’Espagne c’est pas si loin pour vous donner un rendez-vous !! Bisous

  16. Annoncer Pâques aux Rabanne un 1er avril et vouloir être crus, ce n’est pas sérieux ! Ceci dit vos réflexions sur « rentrer à la maison » sont partagées. S’arrêter ? Mais pour quoi faire ? Pour vivre quoi ?
    Allez, roulez ! Amitiés

  17. merci de continuer ,j avais peur de m ennuyer si je ne lisais plus vos aventures !!
    roulez jeunesse et a très bientôt
    Amitiès jlouis

  18. Rhoo les farceurs, j’y ai bien cru pendant un moment !
    Bel article malgré !
    J’avoue, je suis vos articles de façon un peu moins assidue ces derniers mois, prise par le quotidien… Mais je vois que vous vous rapprochez. Si vous passez sur Nantes et que vous avez besoin d’un hébergement, faites nous signe ! Sinon mon petit doigt m’a dit qu’on se croiserai le we du 27 avril… : -)
    Continuez de profiter et de prendre soin de vous !
    La bise !

Répondre à JoAilettes356 Annuler la réponse.